Volet assurance maladie du projet Arch : Personnel de santé et élus locaux invités à accompagner les populations

Santé & Culture

Après sa sortie, il y a quelques mois, avec sa collègue du Numérique et de la Digitalisation pour s’assurer de l’installation effective et du fonctionnement des lecteurs d’empreintes biométriques dans le cadre du projet ARCH, la Ministre Véronique TOGNIFODE et son collègue de la Santé, Benjamin HOUNKPATIN étaient, le mercredi 03 novembre 2021, dans les locaux de plusieurs centres de santé de Cotonou (Littoral).

Accompagnées du Directeur Général de l’Agence Nationale de Protection Sociale (ANPS), des Directrices départementales de la Santé et des Affaires Sociales du Littoral ainsi que d’autres responsables des structures impliquées dans la mise en œuvre du volet Assurance Maladie du Projet Assurance pour le Renforcement du Capital Humain (ARCH), les deux autorités ministérielles sont allées constater l’évolution de la mise en œuvre de ce volet du projet.

L’objectif de la descente est de s’assurer, qu’après le lancement de la phase de généralisation de l’assurance maladie il y a quelques mois, suivi de la distribution des cartes biométriques, les bénéficiaires pauvres extrêmes et non extrêmes accèdent réellement aux services de soins et ce, gratuitement. D’Akpakpa-centre à Akogbato en passant par le Centre Médical et la zone sanitaire de Zogbo, les Ministres ont échangé avec les responsables des centres de santé et des centres de promotion sociale sur le niveau de fréquentation des bénéficiaires et la nécessité d’accentuer la communication sur l’intérêt de la carte biométrique et le contenu du panier de soins de santé.

Au terme des échanges, des instructions ont été données aux agents chargés de l’accueil des usagers, aux caissiers et autres agents des services de santé intervenant dans le processus de prise en charge des patients afin qu’ils demandent, à chaque consultation, si les patients sont détenteurs de la carte biométrique ARCH Assurance maladie, et leur faciliter les formalités y afférentes. En revanche, pour ceux qui n’en auraient pas mais qui seraient visiblement en situation de vulnérabilité, il a été demandé d’ouvrir un registre auprès de chaque service d’accueil pour les enregistrer afin qu’ils soient pris en compte lors de la réactualisation de la base de données sur les “privilégiés” de l’État.

Pour finir, les Ministres ont instruit pour que des séances de travail soient organisées avec les élus communaux et locaux afin que les populations détentrices de la carte soient davantage informées de son utilité.

Rappelons que les autres autorités ministérielles ont pris note des difficultés auxquelles les centres sont confrontés dans le déroulement des cahiers de charges liés à l’assurance maladie ARCH. Des dispositions seront prises pour trouver des solutions adéquates aux dysfonctionnements.

Avec gouv.bj