Boukari Adam Soulé désigné pour siéger au sein du Conseil Electoral : Les clarifications de James William Gbaguidi

Politique

Suite aux interrogations nées de la désignation des représentants de l’Assemblée nationale devant siéger au sein du Conseil électoral, le porte-parole de l’institution parlementaire, James William Gbaguidi, a clarifié la désignation de M. Boukari Adam Soulé qui présente la particularité d’être membre de la Commission électorale nationale autonome en fin de mandat.

Le choix de M. Boukari Adam Soulé, non seulement est bénéfique pour le Conseil électoral mais aussi et surtout, ne viole nullement le code électoral.

James-William GBAGUIDI affirme qu’ « il ne s’agit aucunement d’une violation du code électoral en vigueur parce qu’il s’agit ici  du Conseil électoral qui est l’une des composantes de la nouvelle mouture de la Commission électorale nationale autonome. ».

Le porte-parole de l’institution parlementaire donne quelques-unes des différences les plus fondamentales entre les deux entités pour se justifier encore : « …la Cena sortante et le Conseil électoral ne sont pas régies par les mêmes textes et n’ont pas strictement les mêmes attributions ; si le mandat en cours d’achèvement a été de sept ans, le prochain sera de cinq ans ; à côté du Conseil électoral, va exister une deuxième composante, la Direction générale des élections avec laquelle les deux constituent désormais la Cena. De plus, le conseil électoral a vocation à exercer certaines fonctions beaucoup plus politiques au sein de  l’institution…”.

Par ailleurs, selon le porte-parole de l’Assemblée nationale, Monsieur Boukari  Adam Soulé, même s’il siège au sein de l’actuelle Cena, n’y a pas exercé un mandat complet. Il a été en effet appelé à siéger à partir de 2018 en remplacement de feu Moïse Bossou.

L’intérêt supplémentaire que trouve James William GBAGUIDI à la désignation de Monsieur Boukari Adam Soulé, c’est l’expérience qu’a pu capitaliser celui-ci dans ses fonctions actuelles. Pour le porte-parole, on n’a pas la certitude que toutes les personnes qui seront désignées pour siéger au sein du Conseil électoral, auront une expérience suffisante dans la gestion d’une institution qui a en charge les attributions qui sont celles de la nouvelle Cena. On peut donc compter sur le choix des parlementaires pour faire bénéficier l’organe qui va gérer les élections pendant les cinq années à venir, d’un démarrage rassurant fondé notamment sur l’expérience acquise par l’un au moins de ses membres…

Avec H.O.

Laisser un commentaire