Libération de 46 soldats détenus au Mali : La mission de la Cedeao à Bamako sans Faure Gnassingbé!

Afrique

Une mission composée de trois chefs d’Etat de la Cedeao (Togo, Ghana et Gambie) était attendue à Bamako mardi dernier. Mais les autorités maliennes avaient évoqué « des questions d’agenda ». Cette visite  a finalement eu lieu ce jeudi. Mercredi, le ministère malien des Affaires étrangères a confirmé l’arrivée de trois chefs d’État dont celui du Togo, Faure Gnassingbé. Mais le président Togolais ne s’est pas rendu à Bamako.

Cette absence du président togolais s’explique, selon un  communiqué de presse de la présidence togolaise, par la visite d’État de Faure Gnassingbé au Japon depuis le 27 septembre, dans le cadre du renforcement de la coopération entre le Togo et le Japon. 

La diplomatie malienne qui a confirmé la présence de Faure Gnassingbe ignorait certainement l’agenda du président togolais.

Aussi, Faure Gnassingbé savait-il peut-être que la médiation de la CEDEAO ne va pas aboutir. Il a alors préféré une autre mission.

Par ailleurs, Abdoulaye Diop, le ministre des Affaires étrangères du Mali n’avait-il pas prévenu? La CEDEAO “ne doit pas venir en instructrice mais en conciliatrice”. Un avertissement  qui intervient après les déclarations d’Umuru Umbalo Sissoko, président bissau-guinéen et président en exercice de la CEDEAO lors de la 77e Assemblée générale des Nations unies; et la replique du Premier ministre par interim du Mali, Abdoulaye Maiga.

La présence du président du Togo, Faure Gnassingbé, parmi les membres de la délégation des chefs d’État attendue à Bamako était plutôt bien vue par le gouvernement malien de transition. « Le président Faure comprend bien les enjeux, il sait nous parler », a expliqué à RFI un haut responsable de l’État malien. Un autre va plus loin : « Nous ne souhaitons pas que la Cédéao prenne le dossier en main à sa place. Disons que c’est le médiateur accepté par le Mali qui est accompagné d’autres présidents de pays également membres de la Cédéao. »

Cette mission qualifiée de  celle de la dernière chance pour la CEDEAO sans Faure Gnassingbé pourra t elle réussir à faire libérer les 46 soldats ivoiriens toujours détenus au Mali?

A.C.C.