DSK dénonce le « chantage et la manipulation » de Azannai

Politique

Le troisième congrès ordinaire du parti Restaurer l’Espoir (RE) ce samedi 3 juin a Cotonou, a permis à Candide Azannai, ex ministre de la défense de Talon, de se prononcer un tant soit peu sur sa démission du gouvernement. Il a seulement tracé quelques pistes sur son départ inespéré, vu ses efforts pour l’avènement du candidat de la rupture. Dans une analyse, DSK (d’Almeida Samson Kofficius) souligne : « nous avions assisté à un festival de menaces déguisées sous forme de dénonciations et de mise en garde envers le Régime Talon son ami ». Le comble, dira DSK, « est que Azannai nous donne rendez-vous dans 3 mois pour faire des déballages sur le régime auquel il a participé ». DSK se demande si c’est du « chantage ou une manipulation populaire? ». A travers des questionnements, DSK se demande « Pourquoi ( Azannai) se refuse t- il de le faire aujourd’hui ? Est-il le maître du temps ? Si tant est qu’il a des choses à dévoiler, qu’il le dise maintenant ! Là, il fera œuvre utile»: A travers un décryptage de ce congrès DSK se pose la question de savoir si « Azannai est il apte à critiquer le Régime Talon? ». un texte qui doit remettre en cause l’ex ministre de la défense et le redescendre sur terre. Lisez plutôt cette analyse de DSK.

« Ce samedi 03 juin a connu la sortie publique de Candide Azannaï après sa démission du gouvernement Talon. En suivant son discours et la mise en scène orchestrée, dans le but de se rendre victime et de paraître comme un défenseur du peuple, je me suis rendu très vite à une évidence. Azannai est un manipulateur nuisible en manque de souvenirs. Depuis sa sortie ratée du gouvernement, il était en quête de légitimité populaire. Malheureusement, le mâle a essuyé une indifférence totale des populations qui ont tôt compris qu’il est coutumier du fait.
Depuis, il a voulu se rattraper sur l’anniversaire du 04 mai. Là encore échec. Il ne s’est pas découragé pour autant. Il doit alors son ultime recours à son congrès. A t il réussi ?…

À cette occasion nous avions assisté à un festival de menaces déguisées sous forme de dénonciations et de mise en garde envers le Régime Talon son ami. Le comble de la dérision est que Azannai nous donne rendez-vous dans 3 mois pour faire des déballages sur le régime auquel il a participé. Un chantage ou une manipulation populaire?…Pourquoi se refuse t- il de le faire aujourd’hui ? Est-il le maître du temps ? Si tant est qu’ il a des choses à dévoiler, qu’il le dise maintenant ! Là, il fera œuvre utile. Dans tous les cas une question me vient en esprit:
Azannai est il apte à critiquer le Régime Talon? Les principes qu’il prétend défendre, sont ils des principes idéologiques ou simplement une stratégie qui lui permettra de changer son statut d’homme politique en Homme d’affaires?

Nous lui donnerons un blanc saint lorsqu’il nous dira dans quand condition il a laissé les attributs du député à son successeur et dans quel délai il a fini par le faire…
Nous lui rappellerons que le poste de ministre à la défense était destiné à un membre de son parti et que la personne la plus indiquée était son suppléant Mitokpè qui avait eu l’onction des quelques membres de son parti encore en harmonie avec lui. Malheureusement, à quelques jours de la formation du gouvernement et pour discréditer Mitokpè, il a été obligé de créer une situation en interne histoire de montrer aux membres que ce dernier n’est pas digne de confiance. Il a réussi son coup. Nous lui dirons qu’il a été égoïste puisqu’il n’a jamais voulu l’évolution de ses proches…

Azannaï en héros demain ? Je ne crois pas. Il a fait son temps. Châteaubriand l’avait averti: Pour être l’homme de son pays, il faut être l’homme de son temps. Aujourd’hui, Azannaï n’est plus l’homme de son temps. Son disque est rayé sans espoir de récupération. C’est vrai, qu’il sera adoubé par les pourfendeurs du régime. Seulement qu’il doit avoir à l’esprit, qu’ils ne le porteront, puisque pour eux et pour même le commun des béninois, il aura le même comportement face à son prochain bienfaiteur. Il l’a fait contre les Soglo. Pareil contre Yayi. Le naturel revient toujours au galop…

C’est vrai qu’aujourd’hui, il est au chevet des Soglo pour une méthode de fonctionnement qu’il avait combattue et qui a été la cause de sa démission de la Rb. Encore une fois dans sa carrière politique, il veut manipuler l’opinion.
Aujourd’hui, il doit avoir le courage de dire qu’il ne peut pas gagner les législatives avec son seul Restaurer l’Espoir comme d’habitude et qu’il a besoin comme le disait l’autre ” de porteur”. Nous devons nous attendre une fois de plus à une autre démission, puisque en 2019, même avec les Soglo il ne pourra pas réussir à se faire élire. Dans l’ordre, nous aurons maman, après le fils et enfin lui. Or, les Soglo ne pourront plus lever à eux seuls 3 sièges, à moins qu’il y ait rajeunissement des octogénaires….
Visiblement, il sera le vrai perdant dans cette collusion malgré son soutien affiché à Léhady Soglo pour le maintien d’une majorité relative à la Mairie. Après la tempête, il se rendra à l’évidence, que ce dernier lui fera encore le jeu de 2015, où il eu son salut à travers l’intervention de Talon qui l’avait imposé tête de liste de l’UN, puisque la RB de Léhady l’avait dribblé… La rivalité entre les deux hommes est perceptible, malgré la complicité de l’heure pour régler une situation égoïste minable.
Demain, son seul espoir encore, sera de s’entendre à nouveau avec son ami Talon qui l’avait toujours aidé, depuis 2007 à la dernière élection. Et il le sait bien.
À 60 ans bientôt, Candide Azannaï doit maintenant grandir !
La jeunesse plus que jamais a besoin de bon repère pour l’histoire.