Cotonou de plus en plus salle avec ses ordures

Politique

La gestion des déchets solides ménagers est un casse tête pour les autorités à divers niveaux à Cotonou. La capitale économique du Bénin est de plus en plus sale. Et on se demande pourquoi une telle situation. José Didier Tonato, Ministre du cadre de vie et du développement durable a abordé hier le sujet sur l’émission “Bénin Révélé ” de la chaîne de télévision nationale ORTB.

Le vendredi 05 mai dernier, à l’occasion de la rencontre du Président Talon avec les Conseils Communaux du Grand Nokoué, le Maire de Cotonou, Léhady Soglo, avait formulé des doléances au sujet des blocages que connait le renouvellement de contrats des entreprises prestataires de collecte d’ordures ménagères dans la ville de Cotonou. Des doléances auxquelles le Président Talon a apporté cette réponse : « Sur les marchés qui sont en souffrance de signature pour les ordures de Cotonou, j’ai dit (…) que vous devez faire des contrats de courte durée ». Trois (03) mois peut-être renouvelable ou six (06) mois maximum. Ce sont les délais contractuels fixés par le Président Talon à la municipalité de Cotonou, ceci pour éviter des préjudices qui pourront naître de la mise en œuvre des projets inscrits dans la convention Etat-Communes qui prévoit le lancement d’importants appels d’offre dès mi-juin 2017. « Si vous signez des contrats de 1 an ou 2 ans, après, les contrats vont devoir s’arrêter avant le terme et là ça peut causer des préjudices » a fait observer le Président Talon.

Un mois après cette rencontre, la situation à Cotonou est triste. Les ordures sont un peu partout dans la ville. Pas de structures de collecte d’ordures pour enlever les tas d’ordures qui jonchent les avenues, les artères et même les espaces publics.
Parlant de la gestion des ordures, le ministre Tonato a affirmé hier : « Aujourd’hui nous avions deux lieux d’enfouissement des déchets .Nous allons changer les moyens de collecte que les gens utilisent actuellement. Nous allons moderniser tout le travail qui se fait à leur niveau ». Et en attendant, les Cotonois vivent ensemble avec les ordures.

Le ministre Tonato a aussi parlé des inondations à Cotonou qui, dit-il « me peinent beaucoup ». « C’est la résultante de solutions temporaires, pas durables qu’on a essayés durant ces dernières années. Il nous faut sortir de ces solutions temporaires pour aller vers des solutions durables et c’est à ça nous nous attelons », fait comprendre le ministre du cadre de vie. Il a abordé plusieurs sujets. Nous y reviendrons.