Bénin : Un député de la 8è législature convoqué à la police

Actualités

Un député de la 8è législature, déjà accusé de viol sur sa Secrétaire, et un conseiller communal de Tohouè sont convoqués à l’Office Central de la Protection des Mineurs à 10 H ce mercredi 02 novembre 2022.

Selon nos informations,  l’honorable Nougbognon Hyppolite HAZOUNME, élu de la 8ème législature et le conseiller communal Moïse YEHOUENOU dit “Delta Force” sont convoqués à la Brigade des mineurs, à 10 H, au cabinet du chef de l’Office Central de Protection des Mineurs, ce mercredi 02 novembre 2022. 

Les deux élus sont convoqués dans le cadre d’une enquête, précise la convocation N°4786 qui a été délivrée par l’autorité judiciaire. 

Selon les informations parvenues à Les 4 Vérités, une plainte a été déposée contre le député et le conseiller de Tohouè par un pasteur et sa femme. L’information a circulé ces derniers jours dans les réseaux sociaux. Le député est accusé d’avoir violé la femme d’un pasteur le 26 septembre 2022 dans son domicile. Dans un audio devenu viral sur les réseaux sociaux, le pasteur et sa femme (secrétaire au siège d’arrondissement du parti du député) , qui fait croire qu’elle a  été violée, parlent des faits. Le pasteur fait savoir que le conseiller Moise YEHOUENOU lui a remis une somme de 600.000 FCFA pour le “soulager et faire taire l’affaire”. Une décharge de ladite somme circule aussi sur les réseaux sociaux. 

Interrogé par Irèné S.Dazan de ‘Les murs ont des oreilles”, le conseiller YEHOUENOU, dans sa réaction,  reconnait avoir remis une telle somme au pasteur, mais dit avoir agi ainsi  avant d’informer le député. Et d’ajouter que le député ne reconnait pas avoir violé la femme du pasteur. Et que le député etait à un séminaire de la CEDEAO à Lomé au Togo dans la période. Le pasteur est accusé de tentative d’escroquerie.

Il faut souligner que la police fera la lumière sur ce prétendu viol. La justice fixera les uns et les autres dans son jugement. Pour l’instant, le député bénéficie de la présomption d’innocence. A suivre.

A.C.C.