Bénin : Un député de la 8 ème législature accusé d’avoir violé la femme d’un pasteur

Actualités

Le nom d’un député est cité dans une troublante et répugnante affaire, à quelques jours des législatives du 8 janvier 2023. L’acte a été commis le 26 septembre 2022. Au domicile du député, affirme la présumée victime. Il s’agit d’un député de la 8 ème législature. Il est accusé d’avoir violé une femme d’autrui,  la femme d’un pasteur. Une plainte pour viol et menace de mort est déposée contre le député, au commissariat.

De quoi s’agit-il?

Dans un audio, qui circule dans les réseaux sociaux et publié par “les murs ont des oreilles infos” de I. Dazan S., la victime fait de troublantes révélations. En compagnie de son époux pasteur qui donne aussi sa version des faits dans le dossier. La victime, selon le témoignage du couple, est devenue secrétaire  au siège de l’arrondissement du parti grâce au député qui est de surcroit, le parrain du couple. Il règle souvent les differends du foyer. Le mari affirme qu’ils sont ensemble depuis plusieurs années. La victime, mère de deux enfants, est devenue la secrétaire au siège d’arrondissement du parti, après avoir perdu son travail. Selon son témoignage,  elle affirme avoir été invitée  au domicile de l’honorable pour retirer de l’argent afin d’aller régler des factures d’électricité et d’eau du siége du parti où elle travaille. Que ce jour, le député était seul au domicile, et qu’aucune femme n’habite ledit domicile. Le deputé lui aurait ensuite dit qu’il lui enverrait les sous par mobile money. Qu’au moment où elle etait au domicile du député, un individu était venu toquer à la porte et que le député aurait refusé de le recevoir puis est allé fermer ensuite la porte apres le départ du visiteur.  L’individu n’ayant pas eu une suite favorable apres avoir toqué à la porte.  Ce lundi 26 septembre,  une  pluie s’est abattue sur la localité, au moment des faits, précise la dame secrétaire. Une fois avec le député à son domicile, avant de repartir, après la brève discussion avec l’honorable, celui-ci lui aurait demandé de lui prendre un objet, qu’elle a cherché en vain. C’est alors que le député s’est levé puis s’est accroché contre elle, fait croire la dame. Elle confie avoir tenté de raisonner, en vain le député. La suite des faits, la victime, “habillée d’une robe”, déclare que le député aurait, avec brutalité, enlevé son collant et l’aurait violé. Et la victime d’ajouter qu’elle a réussi à mordre le député à l’oreille et l’avoir aussi griffé. Lorsqu’elle s’est reveillée, la dame affirme avoir vu sa fermeture de derriere ouverte. Le député aurait demandé à la dame victime de ne rien dire à son époux.  Et de garder secret ce qui s’est passé.

600.000 FCFA pour “soulager le couple et faire taire l’affaire”

Informé plus tard, le mari de la victime confie avoir joint au téléphone le suppléant du député. Celui-ci l’a invité à son domicile et l’aurait supplié de ne rien dire à quiconque et de garder l’affaire secrète. La suite, le suppléant du député aurait remis une somme au mari de la victime. Pour la soulager. Le monsieur confie avoir sur lui une décharge et des documents audio et des captures de messages, comme preuves.

Au cours d’une rencontre avec le député et son suppléant, pour parler de l’affaire, qui circulait déjà de bouche à oreille, a en croire le mari de la victime, celui-ci affirme avoir retourné la somme estimée à 600 mille francs CFA en jetant l’enveloppe sur la table du député. Les choses ayant mal tourné ce jour là. Le pasteur affirme que le député et son suppléant l’ont accusé de tentative d’escroquerie. ” Le deputé m’a dit dit qu’il va me faire la fête”, informe le mari de la victime. Il a été écouté par la police. L’affaire est devenue virale sur les réseaux sociaux. La victime confie à I. Dazan S. de “Les murs ont des oreilles infos” avoir perdu sa joie de vivre depuis “qu’elle a été violée”. Son époux pasteur confie, à la demande de I.D.S.  qu’il ne va pas la répudier et conseille les hommes qui feront face à une telle epreuve. “Les murs ont des oreilles Infos” à qui le couple s’est confié fait savoir qu’il a à sa disposition copies des documents audio et écrits. I.D.S confie avoir tenté en vain d’écouter la version du député. Et qu’il a réussi à joindre  son suppléant qui a perdu son géniteur…. Ce dernier aurait promis lui revenir en détails sur le dossier et accuse le pasteur et sa femme de tentative d’escroquerie.

Est-ce pour salir le député à l’approche des législatives afin d’empêcher son éventuelle réélection ? “Non, Ce n’est pas une invention…”, répond la victime.

Loth Houénou s’invite dans le dossier

Loth Houénou dit s’être aussi intéressé au dossier et donne une version contraire. “Le dossier de viol  concernant un député de la 19 ème circonscription électorale, serait un dossier monté de toute pièce.CAR LE 26 SEPTEMBRE OÙ LA “VICTIME” DIT AVOIR ÉTÉ VIOLÉE , LE DÉPUTÉ (….) ÉTAIT EN SESSION CEDEAO AU TOGO À LOMÉ”, fait croire dans un audio Loth Houénou. Il affirme avoir fouillé le dossier.  “Étant donné que nous sommes à la veille d’une élection capitale , tous les coups sont permis”, fait croire Loth Houénou. “Le dossier est au haut niveau. C’est un dossier monté de toute pièce”, selon Loth Houénou dans un document audio. Intox ou vérité?

Le député, présumé coupable, est convoqué par le couple qui a déposé une plainte pour viol et menace de mort contre lui.

La police étant saisie du dossier, la justice est appelée  à aller au bout de cette affaire dans son jugement pour éclairer l’opinion publique. L’Institut National de la Femme est aussi interpellée afin de faire la lumière sur ce dossier, sa lutte contre les violences faites aux femmes au Bénin, oblige. Sans oublier les députés qui ont voté une loi contre les violences faites aux femmes. Ils sont aussi interpellés. A suivre.

Armelle C. CHABI