Recrudescence de l’insécurité au Bénin : Un adjudant-chef froidement abattu par des hors la loi à Aledjo

Actualités

Décès tragique de Ibrahim MOUSTAPHA adjudant-chef des Eaux et Forêts dans la nuit du lundi 22 février 2021 au mardi 23 février aux environs de 23 heures  suite à une attaque à mains armées par des hors la loi sur le tronçon Bodi-Aledjo à hauteur de la ferme dite” DEFIZI” au volant de son véhicule Hilux en compagnie de sa famille et d’un notable de sa localité.

Ibrahim Moustapha est plus connu sous le sobriquet Moutawakilou dans son Aledjo natal dans la commune de Bassila. Il est un homme qui accorde de l’importance aux valeurs culturelles de chez lui. Des hors la loi ont tiré sur lui alors qu’il revenait d’une cérémonie.

Joint au téléphone, un proche à lui explique que Ibrahim MOUSTAPHA était à bord d’un véhicule avec sa famille et un notable de la cour royale d Aledjo. Ils étaient de retour de son village où il avait pris part à une cérémonie ou un congrès. Dans l’intention de rejoindre les siens à Aledjo avant de retourner au poste le lendemain, le véhicule de l ADC a été immobilisé par des individus non identifiés. Ces derniers ont tiré sur lui sans procès en se volatilisant dans la nature abandonnant ainsi son épouse et le notable. Ces hors la loi n’ont n’ont  rien pris avant de prendre la fuite, informe la même source.

Il faut sauver Aléjo

La sécurité des biens et des personnes prend un sérieux coup dans certaines localités au Bénin. C’est le cas de l’arrondissement d’Alédjo qui vit sous l’emprise des hors la loi. Braquages, vols à mains armées, grand banditisme, tels sont les maux auxquels les populations d’Alédjo font face sur les axes routiers, rapportent des sources concordantes. Théâtre de braquages récurrents, l’axe Alédjo-Bodi semble devenir un mouroir pour ses usagers. Depuis la nuit du lundi au mardi 23 février 2021, Alédjo vit sous le choc. Un de ses dignes fils, fonctionnaire des Eaux et Forêts, a été froidement abattu par des hors la loi, alors qu’il revenait de Yarakeou, en compagnie de sa famille et un notable. L’adjudant-chef, IBRAHIM Moustapha est tombé sous les balles de ces braqueurs qui lui ont tiré dessus pour immobiliser leur voiture. Les autres occupants ont été molestés sauvagement.

Cet événement malheureux vient relancer le débat sur le rôle de la police de l’arrondissement d’Alédjo accusée de ne pas faire assez d’efforts pour assurer la sécurité de la population de cet arrondissement. Les actes du genre sont fréquents surtout les jours de marché d’Alédjo et de Bougou. La population d’Alédjo lance un cri d’alarme pour que les autorités béninoises lui viennent au secours, face à l’inefficacité d’une police dans l’accomplissement de sa mission républicaine.

Armelle C. CHABU ( Avec S.E.)

Laisser un commentaire