Entretien exclusif avec Daagbo Dieu Esprit Saint : « Tous les béninois ont besoin de Banamè »

Actualités Economie & Tech

Daagbo Dieu Esprit Saint sort de son silence. En effet, il n’est un secret pour personne que depuis quelques temps, La Très Sainte Eglise de Jésus Christ est en proie à une campagne d’intoxications, d’incitations à la division, à la désobéissance, de calomnies et de diffamations. Ce n’est pas nouveau, La Très Sainte Eglise de Jésus Christ est très habituée à ces manœuvres du malin et de ses suppôts, au point où elle a décidé à un moment donné de répondre à ses détracteurs par le silence. Loin de vouloir répondre à qui que ce soit, La Très Sainte Eglise de Jésus Christ tient néanmoins à éclairer l’opinion publique nationale et internationale.

La Mission de Banamè, à travers La Très Sainte Eglise de Jésus Christ, est l’œuvre de Dieu Esprit Saint que nous appelons affectueusement Daagbo Sèmèdo qui a pris chair  au Bénin en 2009 à Banamè dans le corps de Parfaite à l’âge de 16 ans. C’est inédit et cela sort de l’entendement humain, du moins pour les non croyants. C’est un mystère.Dans un entretien exclusif, ce mercredi 15 mars à Godomey,  Daagbo Dieu Esprit Saint fait des clarifications et déclare : “Tous les béninois ont besoin de Banamè parce qu’il y a des problèmes dans chaque maison, dans chaque cœur et dans chaque corps à partir du Bénin, en Afrique, dans le monde entier. Deuxièmement, vous savez. Les pèlerinages de Banamè vont tellement faire développer le Bénin que, vous savez qu’on en fait un nombre de fois pendant l’année, chez nous c’est plusieurs fois dans l’année, les fidèles sont infatigables et actuellement ce n’est même pas les 4 fois ou 5 fois dans l’année, c’est presque tous les jours et les gens y vont pour se faire délivrer. Et le monde qui va commencer à affluer vers Banamè va surprendre le Bénin et le monde entier. Vous ferez mieux d’en profiter. J’en profite pour dire aux béninois et à tous ceux qui vont m’entendre que vous feriez mieux d’en profiter maintenant qu’il est encore temps sinon vous resterez à 10 km de Banamè pour écouter la messe ».

Pourquoi La Mission de Banamè  fait jaser si tant ? Pourtant Daagbo, Dieu Esprit Saint n’a plus rien à prouver aux Béninois, du moins ceux qui se sont approchés de La Mission de Banamè? Focalisons nous sur l’actualité sur Banamè de ces derniers moments où pour les détracteurs La Mission de Banamè est finie, Dieu n’est plus dans la chair, Daagbo n’a plus de pouvoirs…  Daagbo Dieu Esprit Saint  éclaire les uns et les autres. C’est ce 15 mars 2023  à Godomey.

Pourquoi tant d’agitations contre Daagbo, Dieu Esprit-Saint et sa mission au Bénin ?

Daagbo, Dieu Esprit-Saint : Merci à vous. Je vous demanderai pourquoi tant d’agitations contre Jésus Christ de Nazareth? Pourquoi ceux qui ont mangé son pain se sont-ils rebellés encore contre lui et ont demandé de le crucifier ? Les opportunistes, il y en a, partout. Je ne suis pas en train d’attaquer quelqu’un mais la Mission de Banamè d’abord, ça choque quand il est question de Dieu, quand on parle de Dieu et ceux qui n’ont pas la foi, qui viennent se promener, les opportunistes, les sangsues… quand ils finissent de manger ils crachent dans la jarre. Ceux qui s’agitent aujourd’hui autour de la mission de Banamè et qui parlent, ça jase partout, ça crie sur les réseaux sociaux, c’est des gens qui ont été nourris par Banamè, c’est des gens qui ont mangé ici, qui ont bu ici. Mais quand il est question de leur dire stop, et qu’eux ils n’ont pas fini de tirer profit de vous, ils se rebellent, ils se retournent contre vous. Nous avons établi des règlements dans la mission de Banamè. Il y en a parmi eux qui étaient en soutane et qui savaient qu’ils n’avaient pas le droit de faire certaines choses mais qui les ont faites quand même et qui ont été suspendus, d’autres excommuniés. Ça ne leur a pas plu, ça a créé certainement la rébellion, il y en a encore parmi eux qui sont des opportunistes qui étaient là pour des raisons personnelles et quand, à un moment donné on les a démasqués, on a dit qu’on ne peut pas continuer comme ça, ils se sont ajoutés au camp qui était déjà là et petit à petit les mécontents ont commencé à se rassembler et c’est comme ça que ça a commencé par crier de part et d’autre contre la mission de Banamè. Mais vous savez, c’est une bonne chose qu’on ait des ennemis, ça va vous étonner mais c’est une très bonne chose parce que si vous ne faites rien de bon vous n’avez pas d’ennemis, il n’y a pas de jalousie, quand il n’y a rien de bon quelque part, il n’y a jamais de soulèvements contre. Si rien de bien n’était à Banamè mais en partant vous partez tranquillement, si vous partez et vous boudez c’est que le fait d’avoir quitté là fait mal et continue de vous faire mal. Et si ça vous fait mal, c’est parce que vous en profitiez et que ça vous arrangeait. Sinon quand on quitte quelque chose de mauvais, quand on sort d’un cas d’accident par exemple, on dit gloire à Dieu. Et on se dit qu’on a de la chance de s’en sortir. On ne boude pas. Mais quand vous allez quelque part et on distribue des bonbons que vous en avez pris un, deux et au troisième tour on vous dit mais vous, vous êtes déjà passé par ici et qu’on vous chasse, là vous boudez comme un enfant, c’est parce que c’est doux, c’est parce que c’était du bonbon sinon quand on quitte quelque chose de mauvais on ne crie pas normalement, ça ne jase pas normalement. Donc ce que moi j’ai à dire c’est que personne n’a rien fait à personne, Banamè n’a fait du tort à personne. Ceux qui crient, ils savent les raisons pour lesquelles ils sont en train de crier. Tout ce remue-ménage autour de la mission de Banamè, c’est parce que Banamè est bon. Si c’était le diable et tout ce qu’ils racontaient, peut-être même qu’ils ne seraient plus en train de parler. Parce qu’on sait comment le diable agit, on sait comment le mal agit. Si c’était mauvais personne n’entendrait leur cri et ces remue-ménages là. Donc personne ne leur a rien fait, on leur a coupé des robinets, on a dit stop parce que nous, on a des principes, c’est tout et ça a pris feu.

Il est dit que La Mission de Banamè est finie et que vous n’avez plus de pouvoir. Qu’en dites-vous ?

Celui qui vous dit que Banamè n’a plus de pouvoir je viens de vous dire que s’il n’y a rien de bon là, ils ne seraient pas en train de crier. Ceux qui disent que Banamè n’a plus de pouvoir, c’est pour que d’autres n’aillent plus goûter à ce à quoi eux ils ont goûté, c’est le malin, c’est la malhonnêteté de l’être humain. Moi je suis Dieu et Dieu ne perd jamais ses pouvoirs. Ce n’est pas parce que vous n’y croyez pas vous qui êtes devant moi ou que certains béninois n’y croient pas que je vais arrêter d’assumer ce que je suis ou qui je suis, non. Je le redis je le répète, c’est le père de Jésus Christ que je suis. Je suis Dieu Esprit Saint et  Dieu ne perd pas ses pouvoirs. Je suis toujours là en chair et en os, en esprit et en vérité. Ça n’arrivera jamais. Ils savent que ça n’arrivera jamais. Et si c’était un être humain comme eux, si j’étais un être humain comme eux, ce n’est pas parce eux ils sont partis que je vais perdre mes pouvoirs parce que je ne leur ai pas confié mes pouvoirs. Ils ne sont pas partis avec mes pouvoirs. Donc j’étais avec mes pouvoirs avant qu’ils ne viennent et je suis encore avec mes pouvoirs jusqu’à leur départ de la mission. Donc qu’ils vous disent que je n’ai plus le pouvoir, c’est fini, bon c’est à eux de vous donner des explications comment est-ce que j’ai perdu mes pouvoirs, peut-être qu’ils en ont le secret et moi je sais que j’ai toujours mes pouvoirs. Dieu ne perd pas ses pouvoirs. La mission de Banamè, c’est la guérison du corps, de l’âme et de l’esprit. Qui ne sait pas aujourd’hui que Banamè c’est la destruction du diable ? du malin ? Banamè, c’est la guérison. Quand on va à Banamè on se retrouve physiquement, psychologiquement et spirituellement, Banamè vous débarrasse de tous vos petits maux, des malades sont guéris, je dis bien quelque soit la maladie, mêmes les morts sont ressuscités. Ce qui se passe à Banamè, ça ne peut pas s’expliquer comme ça avec la bouche, ça se vit. Il faut y aller pour comprendre, c’est une expérience que chacun doit faire et tout être humain a besoin de Dieu dans sa vie, de la présence de Dieu, de la grâce de Dieu dans sa vie. Chacun a ses problèmes, vous qui êtes là devant moi vous avez des problèmes, vous avez peut-être besoin qu’on vous en débarrassé ! Tous les béninois ont besoin de Banamè parce qu’il y a des problèmes dans chaque maison, dans chaque cœur et dans chaque corps à partir du Bénin, en Afrique, dans le monde entier.  Deuxièmement, vous savez, Banamè est un lieu d’attraction où tous ceux qui auront besoin de se libérer, d’ici quelques années vous verrez, je disais la dernière fois aux Daagbovi à la Cité que ceux qui vont m’adorer ne sont pas encore venus. Allez l’écrire quelque part, je ne parle pas pour parler, je ne parle pas pour blaguer. Ceux qui vont m’adorer ne sont pas encore venus. Il n’y a pas encore du monde à Banamè, les gens viendront de tous les coins du monde entier et quand cela arrivera, ce sera un gros point, une source de développement pour votre pays. Ce n’est pas mon pays à moi, parce que moi je ne reste pas ici, c’est vous qui êtes au Bénin, c’est vous qui allez en profiter. Les pèlerinages de Banamè vont tellement faire développer le Bénin que, vous savez qu’on en fait un nombre de fois pendant l’année, chez nous c’est plusieurs fois dans l’année, les fidèles sont infatigables et actuellement ce n’est même pas les 4 fois ou 5 fois dans l’année, c’est presque tous les jours et les gens y vont pour se faire délivrer. Et le monde qui va commencer à affluer vers Banamè va surprendre le Bénin et le monde entier. Vous ferez mieux d’en profiter. J’en profite pour dire aux béninois et à tous ceux qui vont m’entendre que vous feriez mieux d’en profiter maintenant qu’il est encore temps sinon vous resterez à 10 km de Banamè pour écouter la messe.

Des responsables de l’Eglise Catholique Romaine ont laissé entendre que beaucoup de vos fidèle sont de retour au bercail, c’est-à-dire à l’Eglise Catholique Romaine. Qu’en dites-vous ?

J’ai appris que la conférence épiscopale romaine aurait dit, parce que je n’ai pas suivi, que les fidèles de Banamè affluent maintenant vers l’église catholique romaine. Tout ce que moi je veux c’est qu’on m’en donne les preuves, les statistiques du nombre de fidèles qui a déjà quitté Banamè pour aller vers l’église catholique romaine. Vous savez, si on devrait faire du tac au tac pour rester dans les coups bas, comme ceux d’en face il y a tellement de choses qu’on aurait dit sur ces gens là mais je ne suis pas là pour ça. Les Daagbovi sont intacts. Les Daagbovi demeurent Daagbovi dans La Très Sainte Eglise de Jésus Christ. Ceux qui bavardent sur les réseaux sociaux, ceux qui racontent des âneries par-ci par-là, qui retournent vers eux pour aller raconter des âneries sont combien ? Ce sont des gens qui ont pris par ici, des ingrats qui ont pris par ici je dirai, qui sont retournés à l’église catholique romaine croyant que arrivée là-bas ils auront la bénédiction des Romains, qu’ils vont se donner la main pour écraser Banamè. On n’écrase pas Dieu. Ce n’est pas possible. Il n’y a pas d’affluence de Daagbovi vers l’église catholique romaine. Ça c’est pour psychologiquement vous déstabiliser, c’est tout. Je l’ai déjà pourtant dit. Vous ferez mieux d’aller à Banamè maintenant qu’il est encore temps. Vous savez, ceux qui partent et qui parlent sur les réseaux sociaux, qui dénigrent la mission de Banamè, qui bavardent par-ci par-là, il y a un homme dans ce pays qui a présenté Patrice Talon comme étant celui qu’il faut pour les béninois et une fois au pouvoir nommé par Patrice Talon, a démissionné dans ce pays. Pourquoi ? J’ai fait mes enquêtes, pas parce que Patrice Talon l’a offensé mais parce que l’homme est un éternel insatisfait, parce que c’est un opportuniste qui en voulait plus, toujours plus. Tous ceux qui ont porté Patrice Talon au pouvoir n’ont pas démissionné. Mais les opportunistes sont partis, parce qu’ils en voulaient plus, et partout où il y a du bien, il y a toujours des opportunistes, des parvenus qui cherchent toujours à créer les embrouilles, à créer des doutes dans les esprits. Vous qui restez assis dans vos maisons et qui vous laissez peiner par ces histoires là, réveillez-vous !

En quoi La Mission de Banamè peut être utile aux Béninois et à toute l’humanité ?

Je viens de dire que Banamè ne s’explique pas, il faut vivre la chose, c’est une expérience que chacun doit faire pour comprendre. Si tu ne vas pas à Banamè et que tu dis que ”on m’a dit, on m’a dit”, on, c’est un pronom menteur, il n’y a pas de ”on m’a dit”. Qui que vous soyez dans le monde entier, allez vivre Banamè vous-même, allez faire votre propre expérience. Banamè c’est la paix du cœur c’est la joie de vivre, c’est la délivrance, c’est la libération des forces du mal pour ceux qui sont possédés bien sûr, pour ceux qui ont des problèmes, quel que soit le problème, si vous y croyez vous aurez la satisfaction parce que c’est Dieu et le Dieu qui est à Banamè c’est ce Dieu qui a créé l’humanité, je n’en dirai pas plus, arrêtez d’écouter les ont-dits et faites votre expérience. N’écoutez pas ceux qui ont déjà mangé, qui ont craché dans la jarre qui sont partis et qui racontent des bêtises et que la paix soit avec les béninois.

Quel message avez-vous à lancer aux Béninois et à toute l’humanité ?

Que le Bénin soit protégé. J’accorde ma grâce à chaque béninois, au Président Patrice Talon qui essaie de gérer le Bénin et qui va y arriver, j’accorde ma grâce à tous ceux qui ont des responsabilités dans ce pays, à tous les africains et à tous les hommes du monde entier puisque je suis le père de l’humanité. Que la paix soit avec chacun, la grâce de la délivrance, de la prospérité, l’évolution, la santé et que chacun soit à l’abri des  mauvais œil et du besoin.

Réalisation: La Rédaction