Médecin chercheur naturothérapeute : Raphael Tchidimè valorise les savoir-faire endogènes

Santé & Culture

(Après Vita Iron, il fait une nouvelle découverte :Vita Hemor)

Médecin chercheur naturothérapeute, Raphael Tchidimè est infatigable. Il poursuit la valorisation des savoir-faire endogènes. Après Vita Iron qui a franchit les frontières du continent noir, il vient de faire une nouvelle découverte :Vita Hemor.

En Afrique, le secret des plantes est bien gardé et n’est accessible qu’aux initiés. Une poudre noire faite à base de plantes soignerait diverses maladies. Sur ces produits, aucune documentation, pas vraiment de partage de connaissances pour rendre ces savoir-faire universels et servir à l’avancement de la médecine. Il y a deux ans, à Tabligbo (80 km nord-est de Lomé), un colloque international de trois jours a réussi à créer l’osmose entre la médecine traditionnelle et moderne. Praticiens de la médecine traditionnelle, enseignants chercheurs et étudiants venus du Bénin, Burkina, Ghana et Togo ont optimisé leurs compétences afin de valoriser les travaux de recherche dans le domaine de la médecine traditionnelle. « Nous allons poser des bases pour transformer les résultats des chercheurs en phytomédicaments », a déclaré Ihou Wateba Majesté, doyen de la Faculté des sciences et de la santé à l’université de Lomé au Togo à la rencontre de Tabligbo. Comme lui, tous les spécialistes de la santé s’accordent à dire que la médecine traditionnelle est la mère de la médecine conventionnelle. « La médecine conventionnelle est très documentée. Sur le paracétamol par exemple, on a toutes les informations possibles. Par contre une plante qui traite une maladie, non seulement on ne sait ce qui est dedans, les gens lui trouveront toutes les descriptions possibles », déplore le Professeur Ihou.

A cette rencontre de Tabligbo, un médecin chercheur naturothérapeute venu du Bénin. « Je vous prie d’accepter collaborer avec la médecine conventionnelle et on ne peut pas collaborer sans donner le secret », a souhaité le médecin chercheur naturothérapeute, Yao Raphaël Tchidime à l’endroit des tradithérapeutes, un peu réservés à partager leur savoir-faire. Il cite, à l’occasion,  l’exemple de la mangéfrine, un anti viral capable de détruire toutes les cellules cancérigènes qu’on retrouve uniquement dans l’écorce du manguier de la brousse sahélo-sahélienne tropicale africaine. « C’est notre manguier qui contient de la mangéfrine qui a servi à la préparation de Vita Iron, le produit le plus prescrit par les médecins en phytothérapie. Ça soigne l’anémie et peut être utilisé contre le cancer, les hépatites et les drépanocytoses,” a témoigné à agridigitale, le naturothérapeute.

La réunion de Tabligbo a relevé un défi et réussi à fédérer les énergies des acteurs pour que les travaux de recherche soient valorisés en phyto médicaments. De retour de Tabligbo, Raphael Tchidimè poursuit ses recherches. Le promoteur de Vita Iron vient de faire une nouvelle découverte : Vita Hémor. Selon ses explications, grâce à cette nouvelle découverte, c’est terminé les problèmes d’hémorroïde interne et externe. De même que les problèmes de constipation, de dysfonctionnement du métabolisme, de faiblesse sexuelle et d’éjaculation précoce.

Avec cette nouvelle recherche, le médecin chercheur naturothérapeute Raphael Tchidimè, promoteur de Génération Bien Etre ( GBE) fera encore parler de lui au pays et un peu partout dans le monde.

S.E.