Musique : Maître Gims et Dadju  désormais « Ambassadeurs de la Rumba Congolaise»

Santé & Culture

Les deux chanteurs d’origine congolaise Gandhi Djuna ”Maître Gims” et Dadju Djuna Nsungula ”Dadju” sont désormais “Ambassadeurs de la Rumba Congolaise” , a déclaré le dimanche 30 janvier 2022  le Président de la République congolaise, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Une nouvelle aventure pour Gandhi Djuna ”Maître Gims” et Dadju Djuna Nsungula ”Dadju”. Les deux frères, stars d’origine congolaise de renommée internationale, ont reçu du Président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo les passeports diplomatiques de la République démocratique du Congo, informe radio Okapi. «Nous avons une carte à jouer en tant qu’ambassadeurs de la Rumba au moment où notre pays et sa musique sont immortalisés par l’UNESCO», a déclaré Maître Gims, à la presse présidentielle.

Par ailleurs, selon la même source, les deux enfants du musicien Djuna Djanana, ont annoncé au Chef de l’Etat leur projet culturel de construire en RDC dans un bref délai des studios d’enregistrement au standard européen ; projet dont ils ont reçu le soutien total du président Félix Tshisekedi.« Il n’est pas normal que Kinshasa et Lubumbashi, deux grandes villes francophones, manquent ces genres d’infrastructures culturelles », a ajouté Maitre Gims.

Les deux artistes ont profité de l’occasion pour  faire part au Chef de l’Etat congolais d’un de leur projet qui vise à organiser un festival annuel de musique dans le pays. « Grâce à nos connexions, nous pensons amener plusieurs artistes de grande renommée au pays», a ajouté Maître Gims.

Avec euphorie, Dadju le cadet de la fratrie conclut : « nous sommes heureux de rencontrer un Président de la République qui partage la même vision que nous.»

Maitre Gim’s a enfin profité de cette rencontre avec Félix Tshisekedi pour rendre hommage à l’artiste Defao, décédé le 27 décembre 2021 au Cameroun. L’illustre disparu l’avait porté dans l’avion qui l’a amené de Kinshasa à Paris à l’âge de 2 ans.

Né à Kinshasa, Maitre Gims s’est vu par deux fois refuser la nationalité française.

Mireine YAHOUNGO