Les travailleurs célèbrent la fête du travail lundi

Actualités

Certes il n’y a pas à proprement parler de “Journée Mondiale” du travail… mais si celui-ci doit être honoré, c’est bien le 1er mai… traditionnellement appelé “fête du travail” dans de très nombreux pays ! Ce lundi les travailleurs célèbrent cette journée qui est déclarée chômée et payée au Bénin.

Lundi prochain, 1er mai, le Bénin célébrera, à l’instar de la communauté internationale la fête internationale du travail. Cette fête est une occasion pour les travailleurs béninois de réfléchir sur leur situation. L’occasion est aussi souvent donnée aux secrétaires généraux des confédérations et centrales syndicales de se prononcer sur les conditions de travail et de vie des travailleurs béninois et les actes posés par le gouvernement pour les satisfaire un tant soit peu.
Comme à l’accoutumée, les travailleurs se réuniront, certains à la Bourse du travail pour réfléchir sur divers thèmes. C’est aussi souvent une occasion aux travailleurs et au gouvernement de reflechir ensemble sur les conditions de vie et de travail des travailleurs.

L’histoire du 1er mai

Parmi ceux qui défilent le 1er mai, combien savent qu’ils commémorent la grève sanglante du 3 mai 1886 aux usines McCormick de Chicago (USA), pour l’instauration de la journée de huit heures, et le meeting de protestation qui s’ensuivit le lendemain à Haymarket au cours duquel une bombe tua huit policiers.
Huit anarchistes furent arrêtés, quatre furent pendus,le 11 novembre 1887, avant d’être innocentés puis réhabilités publiquement en 1893.
Les martyrs de Chicago vont faire du 1er Mai un symbole de la lutte des classes et de l’identité du monde ouvrier à partir du congrès socialiste international de Paris de 1889 : il s’agissait de fonder en actes le projet d’une société émancipée, libérée du travail contraint. Alternant les hauts et les bas au fil des années, ce symbole sera tout de même à l’origine des lois sur le repos hebdomadaire en 1906 et des huit heures en 1919, avant de se banaliser après être devenu en 1947 un jour chômé et rémunéré.
De nombreux ouvrages parlent de l’histoire du premier mai et nous citerons parmi eux l’excellente “Histoire du Premier mai” de Maurice Dommanget.