Mondial-2022 : Les États-Unis brisent les rêves de huitièmes de finale de l’Iran

Sports

Au terme d’un match maîtrisé, la Team USA a battu l’Iran (1-0) dans son match final du groupe B. Une victoire, combinée à celle de l’Angleterre face au Pays de Galles (3-0), qui lui permet de passer en huitièmes.Quatre ans avant leur Mondial à domicile, les États-Unis se rappellent à la planète football. En battant l’Iran 1-0 au stade Al-Thumama de Doha, ils s’extirpent du groupe B en compagnie de l’Angleterre, victorieuse 3- 0 de ses voisins gallois.

Oublier tout le contexte géopolitique. Lorsque le coup d’envoi d’Iran – États-Unis est donné, l’équation est simple pour les deux équipes : celle qui l’emporte sera assurée de passer en huitièmes de finale.

Les États-Unis prennent cependant le contrôle des débats. Le collectif américain, bien rodé, fait tourner le ballon face à des Iraniens bien regroupés. Pulisic reprend de la tête un centre de Weah mais elle manque de puissance pour mettre en danger Beiranvand (10e).

La Team USA prend le contrôle

La Team USA s’installe dans le camp iranien. Sargent est trouvé à l’entrée de la surface, et a de l’espace pour déclencher une frappe du pied droit, mais c’est contré. Weah est le premier dessus mais sa tête manque là aussi de puissance (28e). La Team Melli résiste bravement devant les bruyants encouragements de son public : “Iran ! Tatata ! Iran !”.

Pulisic, très en vue ce soir, finit par faire sauter le verrou iranien. Au départ de l’action, McKennie délivre une ouverture millimétrée vers Dest, à droite de la surface iranienne. Le latéral américain remet de la tête vers Pulisic, qui devance Beiranvand (38e, 0-1). Le public étasunien se réveille : “U ! S ! A !” Le buteur doit cependant sortir, touché sur l’action.

Les Américains semblent même très proches de doubler la mise. D’abord Timothy Weah est beaucoup trop altruiste et tente de servir un partenaire alors que le but lui était offert (45e). Puis, le fils de George, parti à la limite du hors-jeu, devance le gardien d’un extérieur du pied qui trouve le poteau rentrant. Mais c’est refusé pour un hors-jeu au départ de l’action (45e+5).

Ghoddos sonne la révolte au retour des vestiaires. Il est servi devant le but sur un centre venu de la droite. Son coup de tête en déséquilibre passe au-dessus (53e). C’est encore lui qui envoie une frappe enroulée juste au-dessus du cadre en profitant d’un autre venu de la droite que Taremi n’avait pas pu reprendre (65e). Ezatholi est le suivant à trop enlever sa frappe.

L’Iran donne tout, mais trop tard

La Team USA se montre beaucoup plus prudente qu’en première mi-temps et se contente de faire tourner le ballon sans forcément tenter de porter le danger. Au contraire de l’Iran, qui donne tout pour arracher la qualification, puisqu’un nul suffirait. À la suite d’un coup franc frappé par Ghoddos, le ballon revient devant le but de Beiranvand. L’Iran réclame une main de Moore, qui lui est refusée (78e). Les Américains font le dos rond, conscient des capacités de l’Iran a faire mouche dans les derniers instants (cinq des six derniers buts de l’équipe à la Coupe du monde ont été inscrits après la 90e minute).

Dans ce contexte, les neuf minutes d’arrêts de jeu paraissent bien longues aux hommes en bleu. Sur un coup franc à gauche, l’Iran envoie toute son équipe dans la surface. La Team Melli y croit surtout quand c’est Morteza Pouraliganji qui est à la retombée. Le ballon frôle le poteau de Matt Turner (90e+4).

Malgré les encouragements de son public et une Coupe du monde encourageante, l’Iran voit ainsi s’envoler son rêve de huitièmes de finale.

Angleterre – Sénégal en 8es

Dans ce groupe B, l’Angleterre s’est qualifiée facilement pour les 8es de finale en balayant le pays de Galles 3-0 dans l’autre match.

Premiers du groupe B, les Anglais ont accéléré après une première période soporifique et fait la différence grâce à leurs attaquants Marcus Rashford deux fois (50e, 68e) et Phil Foden (51e) face à des Gallois décevants, à l’image de leur star Gareth Bale.

L’Angleterre affrontera le Sénégal dimanche dans un choc alléchant, tandis que les Etats-Unis seront opposés aux Pays-Bas.