Pour relever le défi du développement de l’Afrique : Les autorités invitées à accompagner la mise en œuvre de l’alphabet « Gbékoun »

Actualités

Le Groupe « Gbekoun » et « Top Media » ont organisé en novembre 2020 puis du 22 février au 26 mars 2021 une tournée nationale de sensibilisation et de présentation de l’alphabet « Gbékoun » dans le cadre du projet « Allons à l’école dans nos langues ». A l’issue de ces deux phases qui ont permis de parcourir 45 communes dans tout le Bénin, une conférence de presse bilan à mi-parcours a été organisée mercredi 28 avril 2021 à l’Institut des Sciences bio médicales (Isba) à Cotonou.

Après plus de 60 ans d’indépendance pour la plupart des pays africains, « C’est un anathème pour les africains de prôner le développement du continent dans des langues étrangères. Toutes nos recettes, nos recherches, sont récupérées par les colons et réutilisées contre nos intérêts. Les africains se retrouvent dans un piège sans fin et pour s’en débarrasser, il urge d’adopter pour notre propre gouverne les éléments de Gbekoun qui est un alphabet de 33 lettres inventé

par Togbedji Adigbe et qui permet d’écrire toutes les langues du Bénin et de l’Afrique et favorise une bonne compréhension entre les peuples ».

A travers une caricature, les conférenciers Nounagnon Sedolo, membre du Groupe « Gbekoun » et Zénaide Attindogbé, journaliste à Top Media résument le mauvais choix des africains. Deux compétiteurs sont sur une ligne de départ pour atteindre le seuil du développement. Le premier en maillot bleu blanc et rouge est bien campé dans son couloir, le second en maillot vert jaune et rouge est enchaîné par des pièges qui ont nom langue française, franc CFA, pauvreté, FMI, banque mondiale… Il est clair qu’avec toutes ces embûches, le compétiteur vert jaune rouge ne saurait décoller pour atteindre le développement. Il faut donc couper le plus grand piège qui est celui de la langue française. La conclusion, « nous devons changer de fusil d’épaule pour adopter le langage Gbekoun comme les élèves de l’école d’Abomey qui s’instruisent en Gbekoun pour relever les défis du développement en Afrique. Les initiateurs lancent un appel aux décideurs afin qu’ils s’approprient ce projet et à financer sa mise en œuvre pour éviter à l’Afrique une recolonisation dont les prémices sont bien visibles sur le terrain.

Adrien HOUNVENOU

 

Présentation liminaire du Groupe « Gbékoun »

Mesdames et Messieurs les Responsables du groupe GBEKOUN,

Mesdames et Messieurs les professionnels des médias,

Chers consœurs et confrères  bonjour,

Je réponds au nom de Zénaïde ATTINDOGBE,  Journaliste spécialisée des questions éducatives et culturelles  à Top Média Bénin et membre de l’équipe de pilotage du projet « ALLONS TOUS à l’ECOLE DANS NOS LANGUES » qui consiste à parcourir les 77 communes du Bénin afin de présenter l’alphabet GBEKOUN à toutes les populations.

Je prends ici la parole au nom et pour le compte du Directeur Général de TOP MEDIA, Monsieur Gildas AGUIDI pour vous exposer de façon sommaire les objectifs poursuivis par notre structure en s’impliquant dans la vulgarisation de l’Alphabet GBEKOUN au sein des communes de notre pays

Ainsi donc, l’objet de cette conférence de presse est de vous présenter l’alphabet GBEKOUN en question et de faire le bilan des deux premières phases de la tournée de sensibilisation dans le cadre de cet alphabet.

A tout moment, nous parlons du développement mais nous ne nous sommes jamais posé la question de savoir ce que c’est que réellement le développement et comment faire pour y arriver.

Au temps de nos ancêtres, ils se servaient des ressources minières du sol et du sous-sol pour fabriquer ce dont ils avaient besoin mais nous leurs descendants par contre, nous espérons tous des autres. Au lieu de chercher ce qui peut nous faire une place dans le monde, nous nous occupons des choses les moins importantes. Un président africain  par exemple n’a aucune considération face aux occidentaux, car ils nous voient comme des animaux  qui ne dépendent que de leur maitre. Alors que nous disposons des mêmes ressources naturelles : une terre, des langues, une même conception physique  et j’en passe.

Alors quel usage faisons-nous de ces atouts d’autant plus que le nœud d’intelligence de tout développement est la conscience d’utiliser sa langue sur sa terre afin de désigner les choses de sa terre dans sa langue pour en faire un bon usage. L’on est intelligent que quand on utilise sa propre langue comme langue de travail et la capacité d’intelligence d’un être humain est assise sur un alphabet qui répond au nom de sa langue et qui lui permet de la transcrire aisément. Les réalités tangibles du sous-développement sont là, mais nous nous lançons dans des batailles inutiles.

C’est  face à toutes ces réalités quotidiennes que la nature dans sa justesse a inspiré le compatriote TOGBEDJI ADIGBE qui a inventé l’alphabet authentique GBEKOUN qui permet de transcrire toutes les langues du Bénin sans distinction.

Très intéressé  par cette noble richesse, l’agence de presse et de production audiovisuelle TOP MEDIA BENIN accepte une collaboration avec le groupe GBEKOUN afin d’apporter cette nouvelle à toute la communauté béninoise.

C’est donc cela l’objet de notre tournée nationale de sensibilisation sur la nécessité d’instruction des enfants dans nos langues nationales et la présentation de l’alphabet GBEKOUN que nous avons engagé en novembre 2020 par la commune de Toviklin dans le département du Couffo.

Nous avons parcouru lors de la première phase de cette tournée  18 communes dans les départements du Couffo, Zou et Plateau  du mardi 02 novembre au samedi 18 décembre 2020. La deuxième phase de la tournée lancée le 22 février nous a permis de présenter l’alphabet GBEKOUN dans les 27 communes du septentrion, c’est-à-dire dans les départements du BORGOU, de l’ALIBORI, de l’ATACORA et de la DONGA. Elle a pris fin  le 26 mars dernier.

Avec la présence effective des autorités locales à divers niveaux que sont : Premier Adjoint au maire (PA), Deuxième adjoint au maire (DA), Chef d’Arrondissement, Chef  Village, et différents collaborateurs des mairies ainsi que celles des associations de développement, de jeunes et de femme  les coordonnateurs communaux d’alphabétisation, l’orateur présente toujours son exposé dans l’une des langues nationales qu’il comprend soit le GOUN  le FON ou le YORUBA et l’un des citoyens de la ville d’accueil se charge de traduire ce qu’il dit dans la langue du milieu.

Cet exercice nous a permis dans un premier temps de comprendre que nous n’avons pas obligatoirement besoin des langues étrangères telle que le Français et autres avant de communiquer entre nous peuple du Bénin.

Secundo, nous retrouvons souvent des gens qui parlent la même langue que nous, ce qui justifie l’unité et  l’indivisibilité  de notre pays.

Nous notons également l’engouement de la population qui a déjà compris qu’il faut revenir à la source pour s’en sortir c’est-à-dire nous accrocher à nos langues nationales mais elles se demandaient toujours comment s’y prendre pour y arriver. La découverte de cet alphabet GBEKOUN leur donne un ouf de soulagement car elles voient que nous disposons désormais de tout le nécessaire pour notre souveraineté et notre indépendance.

Des milliers de personnes étaient présentes à ces séances et près d’une vingtaine d’organes de presse ont relayé les informations dans tous les départements parcourus.

Chers confrères, avant de laisser le soin à M. Sèdolo NOUNAGNON, le représentant du groupe GBEKOUN de vous expliquer la taille de l’enjeu et pourquoi il nous faut aller obligatoirement à l’école dans nos langues et ce qui guette le continent africain s’il ne se réveille pas de son sommeil d’adoption de langue étrangère, veuillez suivre quelques extraits vidéos de réactions de participants lors de la tournée dans les communes parcourues.

Je vous remercie.

 

1 thought on “Pour relever le défi du développement de l’Afrique : Les autorités invitées à accompagner la mise en œuvre de l’alphabet « Gbékoun »

Laisser un commentaire