Deuxième session ordinaire de l’année 2019 du CES : Le projet du budget de l’Etat 2020 et la fermeture des frontiers nigérianes au menu

Economie & Tech

Dans la matinée de ce jeudi 26 Septembre 2019 a eu lieu au siège du Conseil Économique et Social ( CES) à Cotonou l’ouverture de la deuxième session ordinaire de l’année 2019, cette session ordinaire sera consacrée à l’examen du budget de l’État et aussi sur l’impact qu’à la fermeture du frontière nigérian sur l’économie béninoise. Elle fut présidée par son président monsieur Tabé GBIAN.

Dans l’univers institutionnel du Bénin, le CES est l’institution qui de par ses réflexions et propositions joue un rôle d’appui aux prises de décisions des pouvoirs publics dans le domaine économique et social. C’est dans ce cadre que s’inscrit la tenue de la deuxième session ordinaire de l’année, qui se déroule habituellement courant septembre-octobre et est consacrée à l’étude du projet de budget de l’État.

Aux termes des dispositions de l’article 139 de la constitution du 11 décembre 1990, les projets programme à caractère économique et social sont obligatoirement soumis au CES pour avis. Le respect de l’article est obligatoire pour Tabé GBIAN :”Conformément à cette disposition, le gouvernement transmet le projet de budget général de l’État au CES qui l’examine au cours de sa deuxième session ordinaire de l’année. Aussi les assises ouvertes ce jeudi seront consacrées à l’étude du projet du budget de l’État, gestion 2019 pour qui nous parviendra incessamment”.
Au cours de cette session, des séances plénières et des travaux en commission seront organisées pour être consacré à l’approbation, non seulement des orientations budgétaires de 2020, mais aussi du contenu du projet de budget lui-même. Ensuite, suivra un débat préliminaire sur le contenu du projet avant sa présentation aux Conseillers par le ministre de l’économie et des finances, comme le prescrit la loi organique sur le CES.

Le sujet sur la fermeture des frontières nigérianes sera aussi abordé au cours de cette session

Cette décision du grand voisin de l’Est à des impacts sur l’économie béninoise. Pour ce faire, le débat se fera au cours de cette session. Tabé GBIAN affirme que : “ c’est justement en raison de l’importance des échanges entre notre pays et le Nigeria et les conséquences des fermetures récurrentes des frontières que le CES avait déjà inscrit dans son plan ds travail annuel, l’organisation au titre de 2019 de deux séminaires dont l’un porte sur la” Proximité géographique du Bénin avec le Nigeria : atouts, faiblesses et perspectives”. Les récents événements nous confortent aujourd’hui dans l’idée que le choix d’un tel sujet répond à un impératif auquel il faut nécessairement trouver des approches de solution durables, qui transcendent des considérations simplement conjoncturelles. Ainsi, au cours de ces séminaires, nos réflexions se mèneront en présence d’éminents communicateurs parfaitement au faîte de cette problématique. Au cours desdits séminaires, nous nous pencherons également sur le ” mode de financement du développement par le partenariat public-privé dans le contexte béninois: Etas des lieux et perspectives”.
D’autres préoccupations d’importance seront également abordées avec la poursuite de l’étude de sujets d’auto saisine sur des thématiques suivantes :- la problématique de l’économie bleue au Bénin ; la modernisation de la gestion des déchets solides ménagèrs(DSM) au Bénin : enjeux et perspectives ; la chefferie traditionnelle au Bénin : états des lieux et perspectives.

Il s’agira pour l’essentiel, de finaliser les termes de références, d’élaborer les outils de collectes des données, de descendre sur le terrain pour s’entretenir avec les acteurs afin de faire une réelle conviction sur les préoccupations objets desdits études.
Il est à rappeler que la session se poursuit jusqu’au 15 octobre 2019.