Régularisation du secteur douanier au Béninrisation du secteur douanier au Bénin : Le procureur du tribunal de première instance de Porto-Novo met fin aux intermédiations douanières

Actualités

Garant de la liberté publique, et du respect des lois de la République, le Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Première Classe de Porto-Novo vient de siffler la fin de la pagaille qui s’observait depuis des lustres dans le rang des services douaniers. 

Au Bénin, la collaboration entre les agents assermentés de la police et de la douane avec les « klébés » ou ”adjas òlòkpa” (personnel assistant, ne faisant pas partie de l’effectif de la police et de la douane) avait sérieusement été mise en cause par les autorités compétentes de ces deux unités.

En septembre 2018 à Sèmè Kraké les deux hiérarchies de la police républicaine et de la douane ont relevé l’incohérence voire la tricherie, devant les agents de la douane et de la police concernés. « Les Klébés sont rigoureusement interdits sur toute l’étendue du territoire national. S’il y a de résistance de leur part, nous devons faire une enquête judiciaire et les présenter au procureur de la République. Ils ne font pas partie ni du dispositif du contrôle douanier, ni du dispositif du contrôle de sécurité. Ils sont des éléments encombrants nuisibles au bon fonctionnement du dispositif », déclarait, avec fermeté, le Général Nazaire Hounnonkpè, alors Directeur Général de la Police Républicaine.  Abondant dans le même sens, le Directeur Général des Douanes, Charles Sacca Boco avait aussi déclaré : « Nous prenons l’opinion à témoin pour que dès qu’il y aura de mesures disciplinaires, les uns et les autres se retrouvent devant les sanctions qui leur seront infligées. Les déclarations et les quittances fantaisistes qui servent à raison à rançonner ne seront plus de nos habitudes ». Malgré ses propos,  près de deux ans après, les ‘’Klébés’’ ont continué d’exercer, plus précisément au niveau de la douane. Ils étaient imperturbables et continuaient de les assister pleinement.

Sur les parcs de vente de véhicules d’occasion d’Ekpè, et sur la voie inter-état Cotonou-Sèmè Kraké, le constat était malheureusement palpable.

De par ce comportement, ces agents des douanes qui se faisaient  toujours assister par ces civils nonobstant l’injonction à eux faite, défiaient allègrement leur hiérarchie. Une pratique de non-droit qui sans nul doute méritait de nouveau une attention particulière des patrons de la douane béninoise, surtout quand on connait les différents actes peu orthodoxes que posent les ‘’Klébés’’ au nom des agents de la douane qu’ils assistent, leur zèle à l’égard des usagers, sans oublier les nombreux cas de diverses situations sur la population dont ils sont accusés. Face à cette kyrielle d’actes récriminatoires posées par ces ‘’Klébés’’ et qui déteignent la notoriété et l’image de la douane béninoise, les autorités policières et douanières ne pouvaient plus laisser perdurer les choses. Le 27 novembre 2020, lors d’une réunion de commandement, le délai d’un mois avait été donné aux receveurs et chefs de brigades des Douanes pour mettre fins à l’emploi des personnes autres que les agents des Douanes y compris les chauffeurs des douaniers dans les missions relevant du service public des Douanes. Mais près de 6 mois après ce nouvel ultimatum, force est de  constater que la mesure d’interdiction n’est toujours pas observée.

Le Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Première Classe de Porto-Novo vient de siffler la fin de la pagaille qui s’observait depuis des lustres dans le rang des services douaniers.

Par un communiqué en date du 6 mai 2021, le Procureur Kponnon Célestin, a rappelé à l’ordre  tous les disciples de St Matthieu, en ce qui concerne le respect strict de la décision du 27 novembre 2020 interdisant toute Immixtion des individus non professionnels dans les services douaniers.

En effet, selon le magistrat, les individus dépourvus de tout lien  professionnel ou fonctionnel continuent d’exécuter les opérations de contrôle et autres tâches relevant des fonctions des agents des douanes. Pour la mise en application de cette interdiction, le procureur appelle les receveurs et chefs de brigades des douanes à mettre fin à l’emploi des personnes autres que les agents de douanes y compris les chauffeurs des douaniers dans les missions de service public des douanes.

Les Klébés vont devoir se chercher dans d’autres domaines d’activités, sous peine de subir les affres de la loi.*

Avec I.S.D.

 

Communiqué du Procureur

Le procureur de la République près le Tribunal de première Instance de Porto-Novo porte à l’attention du Directeur Départemental des Douanes de l’Ouémé et du Plateau que l’emploi des personnes civiles dépourvues de tout lien professionnel ou fonctionnel avec l’État, pour les opérations de contrôle et autres tâches relevant des fonctions d’agent des Douanes, est strictement interdit. *Lors de la réunion de commandement du 27 novembre 2020, le délai d’un mois avait été imparti aux receveurs et chefs de brigades des Douanes pour mettre fins à l’emploi des personnes autres que les agents des Douanes y compris les chauffeurs des douaniers dans les missions relevant du service public des Douanes. Mais il est constaté que la mesure d’interdiction n’est pas observée. Pour que force reste à la loi, il est prescrit aux chefs d’unités de police judiciaire, d’interpeller ou de faire interpeller pour usurpation de titre, toute personne qui s’immisce dans les fonctions d’agent des Douanes.*

Fait au parquet de Porto-Novo, le 06 mai 2021

Le Procureur de la République

 

Célestin A. KPONNON.

Laisser un commentaire