Recrutement de futurs magistrats annulé pour fraude : Le concours sera repris ; environ 1.500 candidats ont composé

Actualités

Le Président de la République, Patrice TALON vient d’ordonner l’annulation du concours de recrutement des auditeurs de justice.

Les candidats au concours de recrutement des auditeurs de justice doivent commencer par s’apprêter. Le concours de recrutement des auditeurs de justice qui vient d’être annulé sera repris.

Sur sa page facebook, la Présidence de la République rapporte que « Informé des cas de tricherie enregistrés lors du concours de recrutement des 100 officiers de justices, futurs magistrats au Bénin, et dans le but de garantir l’égalité de chance à tous les candidats, le chef du gouvernement, Monsieur Patrice TALON a ordonné l’annulation dudit concours qui va donc être repris très prochainement. Au regard des réformes effectuées pour la transparence des concours, c’est tolérance zéro à la fraude au Bénin ».

Le Président de la République ordonne donc l’annulation quelques heures après la déclaration du Procureur de la République près le Tribunal de première instance de Cotonou, qui a ordonné l’ouverture d’une enquête par la BEF aux fins d’interpeller et de poursuivre les présumés coupables.

La fraude dans les examens et concours est punie par les articles 754 à 757 du code pénal. Les présumés coupables sont passibles de cinq(05) ans d’emprisonnement et de cinq millions (5.000.000) FCFA d’amende, a indisqué le Procureur Metonou.

Talon, pour la deuxième fois

Pour ce concours de recrutement, ils sont près de 1.500 candidats à plancher les 12 et 13 décembre 2020, au centre du Lycée Technique Coulibaly à Cotonou pour 100 places d’auditeurs de justice.  Au lancement des épreuves avec à ses côtés Sévérin Quenum, Garde des Sceaux, ministre de la Justice, la ministre de la Fonction publique, Mathys Adidjatou a déclaré : « Depuis l’avènement de la Rupture, la transparence est de mise dans les concours ». Une transparence qui vient ainsi d’être éprouvée. Certains pointent du doigt le système d’organisation des concours, qui serait le même depuis le régime Kérékou avec seulement quelques réformes  qui n’ont pas empêché la fraude.

Il faut souligner que ce n’est pas la première fois que le régime de Patrice Talon annule des concours d’entrée dans la fonction publique. En 2016, Talon a marqué les esprits, dès son arrivée, en annulant une série de concours à polémique organisés par son prédécesseur. Après l’étude du rapport de la commission de vérification mise sur pied en mai 2016 pour faire un audit des concours, « Tous les concours de recrutement organisés au titre de l’année 2015, dans tous les corps de l’Etat, notamment l’administration centrale des finances, la douane, les impôts, le trésor, la justice, l’enseignement, la jeunesse et les sports sont annulés pour motif de fraude et de violation des dispositions réglementaires en la matière et ce, dans le but de la préservation de l’intérêt général”, indique un document.

Par ailleurs, sous la rupture, le concours d’élèves-inspecteurs organisé le 10 août 2020 par le gouvernement a été entaché de plusieurs irrégularités. Informé, le ministre de l’enseignement secondaire a demandé la reprise de la correction des copies. Ce qui fut fait et les magouilleurs démasqués.

 

Emmanuel Amour T.

Laisser un commentaire