Commune de Djakotomey : Le cercle des amis de Eric Djaïgbé, jeune leader BR, accompagne le social du président Talon

Actualités

« Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez ce que vous pouvez faire pour votre pays ». Au Bénin, cette déclaration  de John F. Kennedy est mise en valeur par certains jeunes dans la commune de Djakotomey. Il s’agit du Cercle des amis du jeune leader du parti BR, Eric Djaigbé.

Le Cercle des amis de Eric Djaigbé, un jeune leader BR de la commune de Djakotomey, accompagne le social du Président Patrice Talon.Ce cercle vient de se révéler dans les 10 arrondissements de la commune de Djakotomey à travers le Projet “confondre la nuit au jour” du cercle des amis de Eric Djaïgbé

Méthodiquement préparé, le projet “Confondre la nuit au jour” du cercle des amis de Eric Djaïgbé, comme son nom l’indique, révèle le social du Président Talon auprès des populations du Couffo. Le but visé est que ces populations se sentent en plein jour même la nuit, grâce à l’éclairage public. Tout a commencé par des études et enquêtes en vue d’opérer des choix adéquats depuis l’annonce par le Chef de l’État Patrice TALON d’électrifier tous les chefs-lieux des communes et arrondissements du pays. Le Cercle des amis de Eric Djaïgbé vient de rendre opérationnel ledit projet dans les dix ( 10) arrondissements de la commune de Djakotomey en ce qui concerne la première phase du projet.

C’est ainsi que sous la conduite du président du Cercle, monsieur Robert SODEGLA, les 10 arrondissements ont été éclairés. Entre autres, il s’agit de Assouhoué (village Doumahou) dans l’arrondissement d’Adjintimey, à Migbowomey dans l’arrondissement de Kokohoué, à Koudjinouhoué (village de Gohomey centre), dans l’arrondissement de Gohomey…

Selon Robert SODEGLA, Président du cercle des amis de Eric Djaïgbé, c’est leur manière d’accompagner le chef de l’État au cours de son deuxième mandat placé sous le signe du hautement social. « Pendant que le chef de l’État planifie l’électrification du pays par le haut (communes et arrondissements), nous avons choisi de l’accompagner par le bas (les villages)», a fait savoir  Robert SODEGLA selon qui d’autres projets d’utilité sociale vont suivre pour impacter les populations du Couffo.

Les populations bénéficiaires ont salué le geste combien salvateur du cercle des amis de Eric Djaigbé qui les sort ainsi de l’obscurité. Les populations ont émis d’autres souhaits qui sont en étude, informe-t-on. C’est le cas dans l’arrondissement de BETOUMEY dans le village d’AÏSSANHOUE où Robert SODEGLA a expliqué la volonté du cercle des amis de Eric Djaigbé d’accompagner le chef de l’État pour sortir les populations de l’obscurité dans la commune de Djakotomey. Le représentant des bénéficiaires Fiogbé DEMAHOU a remercié le Cercle des amis de Éric DJAÏGBE pour le geste louable et promet une solidarité étroite entre son village et ledit cercle.

Dans l’arrondissement de KINKINHOUE, village de AKIMEY, à SOKOUHOUE dans l’arrondissement de KPOBA, tout comme dans l’arrondissement de DJAKOTOMEY 2, les populations n’ont pas caché leur joie. A HOUEGAMEY dans le village de KANVIHOUE, c’est la première fois que la population assiste à une action sociale d’une organisation privée. Dans l’arrondissement de DJAKOTOMEY 1 à la place publique de AGBEDRANFO, le président Robert SODEGLA et les principaux acteurs du Cercle des Amis de Eric Djaïgbé ont été salués pour cet accompagnement qu’ils apportent au social du Président Talon.

Le chef de l’Etat peut donc compter sur les actions de jeunes leaders du parti Bloc Républicain dans le Couffo pour impacter les populations à travers le hautement social de son deuxième mandat. Et ceci, car la prise de décisions dans une nation comprend des acteurs traditionnels, comme les partis politiques, mais aussi différents groupes et associations plus ou moins structurés autour d’enjeux locaux, nationaux ou internationaux. Et des individus et des groupes peuvent frapper à plusieurs portes pour participer au développement de nos localités pour la satisfaction des populations qui n’en demandent pas trop.

Armelle C. CHABI