L’intégralité de la conférence de presse du président de la Fbf

Sports

Le président du Comité Exécutif de la FBF a animé une conférence de presse dans la salle TOFFA 1er de l’hôtel Azalaï ce jeudi 02 avril 2015, sur la situation qui prévaut dans la famille du football béninois avec le bras de fer engagé par le Ministère des Sports. Voici la déclaration liminaire présentée par l’honorable Augustin AHOUANVOEBLA entouré d’une dizaine de membres du Comité Exécutif sur les 15 qui le composent.

Chers professionnels des médias,
Chers Membres de la Grande Famille du football du Bénin,
Depuis la fin du mois de février jusqu’à cet après midi du jeudi 02 avril 2015, beaucoup d’entre vous avez dénoncé, directement ou indirectement, le silence que j’observe en tant que Président de la Fédération Béninoise de Football face aux actes et propos de dénigrement, d’injures publiques, d’incitation à la violence et à la vindicte populaire, d’accusation sans fondement, à l’encontre de la la
FBF et de ma personne. Chers Amis, ce n’est parce qu’on à rien à dire qu’on se tait toujours;
parfois le silence paraît plus grand et donne réponse à toutes les
interrogations et critiques.
Aussi voudrais-je ajouter avant de poursuivre, que lorsque le mensonge
emprunte l’ascenseur, la vérité quant à elle prend les escaliers et
finit toujours par le rattraper et le dépasser.
Chers Membres de la Famille du football,
La nuit du vendredi 27 mars 2015, c’est avec surprise et consternation
que vous et nous avons appris la décision du conseil des ministres
demandant au ministre chargé des Sports de procéder au retrait de
l’agrément à la FBF.
Suite à cette décision du gouvernement qui autorise le ministre
chargé des sports à retirer un agrément à la Fédération Béninoise de
Football, agrément qui n’est connu que par le ministère signataire une
impressionnante unité de gendarmes solidement armés a envahi le siège
de la Fédération Béninoise de Football dans la nuit du dimanche 29
mars 2015 pour des raisons non avouées.
Dans la matinée du lundi 30 mars 2015, les agents de la FBF ont reçu
la visite deux émissaires du ministre chargé des sports conduits par
son Secrétaire Général Adjoint qui ont fait injonction à
l’administration fédérale de fermer les bureaux et de leur remettre
les clefs; ce à quoi les agents se sont naturellement opposés.
Toujours depuis ce dimanche, Radios Tokpa, Soleil FM et ARZEKE FM,
fidèles à leur logique hebdomadaire de médisance et de dénigrement
vis-à-vis de la FBF et de ses responsables, véhiculent dans l’opinion
une malsaine rumeur selon laquelle cinq membres du Comité Exécutif
auraient vidé les comptes de la FEBEFOOT. Au moment opportun, elles
seront appelées à apporter les preuves de leurs allégations.
Lundi matin, de façon arbitraire, plusieurs employés de la FBF ont été
interpelés, gardés voire violentés puis relâchés plus tard par les
éléments de la gendarmerie nationale pour des raisons jusqu’ici non
connues.
Cette situation appelle de notre part un certain nombre
d’interrogations, à savoir :
1. L’agrément de l’administration publique change-t-il le régime
juridique d’une association de type loi 1901 ?
2. De même, le retrait de l’agrément peut-il conférer un droit de
propriété sur le patrimoine de l’association ?

3. Existe-t-il d’autres instances en dehors du Comité Exécutif ayant
reçu mandat du Congrès pour gérer le patrimoine de la FBF quand même,
à l’extrême, l’article 87 des statuts de la FBF disposent que même en
cas de dissolution, seul le Congrès reste compétent pour décider du
sort du patrimoine de l’association? Cette disposition se trouve
renforcée par l’article 78 des statuts de la FIFA.

Chers amis, nous sommes dans un Etat de droit. Et le seul mode de
dévolution du pouvoir reste encore l’ELECTION.

4. Le retrait du soi-disant agrément implique-t-il la rupture des
contrats des salariés de la FBF ?

DES PRETEXTES AVANCES AU SUJET DE L’AGREMENT

Le ministre des sports a évoqué la violation des dispositions d’un
agrément basé sur un arrêté du 24 mai 2013 dont aucune trace n’existe
dans les archives de l’administration fédérale, encore moins au CNOSB
et dans les archives nationales.
Il convient de souligner que l’opposition de la Charte des Sports à
la FBF dénote d’une méconnaissance volontaire du cadre statutaire
imposé aux associations nationales affiliées à la FIFA.
Pour rappel, la Charte des Sports, en son article 6, précise que, je
cite: «L’agrément est une reconnaissance officielle du caractère
éducatif de l’activité de l’Association, il constitue une condition
nécessaire mais pas suffisante d’accessibilité aux subventions de
l’Etat. Il est délivré par le Ministère chargé des Sports », fin de
citation.
Aussi, l’article 8 de la même Charte ajoute-t-il, je cite: «L’agrément
peut être retiré par l’autorité qui l’a délivré lorsque les conditions
requises pour l’obtenir ne sont plus réunies ou pour motifs graves,
notamment pour refus de se conformer à la réglementation de la
pratique sportive en vigueur.» fin de citation.
Dois-je rappeler ici que la réglementation de la pratique du football
est régie par les statuts de la FBF, les textes de la CAF et ceux de
la FIFA?
Le retrait de l’agrément serait motivé aussi par la violation des
articles 55 et 56 du décret n°2002-223 du 14 mai 2002 portant
approbation des Statuts types des Fédérations Sportives en République
du Bénin. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le fameux décret
visé dans l’arrêté ministériel ne comporte en réalité que sept (07)
articles. Je dis bien sept (07) articles. C’est le lieu de saluer la
très grande capacité des cadres et experts qui entourent fièrement le
ministre.

COMPRENDRE LA SANCTION DE LA CAF DU 04 SEPTEMBRE 2014 ET SITUER LES RESPONSABILITES:

(a) Cette sanction ne pourrait et ne devrait réjouir aucun Béninois
qui aime vraiment son pays. Mais on se pose des questions quand
aujourd’hui le ministre estime que c’est un motif pour retirer
l’agrément à la FBF. Pourquoi 6 mois durant, alors que la CAF,
motivant sa décision, a bien indiqué qu’il s’agit d’«une erreur
administrative en matière d’enregistrement ou d’indication des dates
de naissance sans intention délibérée»? La FBF n’a donc pas triché sur
les âges et n’a aligné que les joueurs suivant les résultats des IRM
qui mentionnaient qu’ils avaient moins 17ans voire sur le papier à la
date du match. Les IRM ont été envoyées à la CAF avec la photocopie en
couleurs des passeports des joueurs. Et le Bénin, jusqu’à son
déplacement sur Bamako, n’avait reçu aucune opposition sur l’un
quelconque de ses joueurs. La Côte d’Ivoire s’est retrouvée dans la
même situation lors de son match retour face à l’Angola. Il y a lieu
de rappeler que la circulaire du 05 septembre 2013 qui précisait la
tranche d’âge précise des joueurs est arrivée à la FBF à un moment où
l’administration de la FBF n’était plus fonctionnelle du fait de sa
militarisation en pleine crise après le congrès querellé du 23 août
2013.
(b) Pourquoi maintenant, alors qu’en son temps, la Fédération
Béninoise de Football a fourni au Gouvernement et à sa demande, des
explications détaillées sur les circonstances de l’erreur
administrative? Les mêmes explications ont été fournies à l’Autorité
Nationale de Lutte contre la Corruption (ANLC) qui, de façon
surprenante, a saisi la FBF aux mêmes fins.
c) Pourquoi brandir maintenant cette sanction comme motif de retrait
de l’agrément, alors qu’il est dit que cette sanction sera bientôt
levée aussi bien pour le Bénin que pour d’autres pays se trouvant dans
le même cas, le Ghana par exemple?
(d) Depuis juin 2013, avant même l’avènement de l’actuel Comité
Exécutif, le Bénin est suspendu pour deux ans du CHAN pour avoir fait
forfait contre le Ghana. Cette sanction court et prendra fin cette
année. Mais elle n’a pas suscité autant de remous et n’a pas non plus
appelé à un retrait d’agrément.

(e) Il n’a pas été question de retrait d’agrément au temps fort de la
crise de 2010 où 12 membres sur 15 ont démissionné du Comité Exécutif
de la FBF.

Pour le ministre des sports, comme le Bénin est sous sanction pour les
catégories d’âges, une sanction éventuelle de la FIFA ne changerait
pas grand-chose à la situation. Erreur d’appréciation ou ignorance du
monde du football?
La question mérite d’être posée quand on sait que s’il arrivait que la
FIFA sanctionne le Bénin, la conséquence directe et immédiate serait
l’isolement total de tous les acteurs du football (joueurs de toutes
les catégories, dirigeants, entraîneurs, commissaires au match,
arbitres, etc.) Plus aucun joueur ne peut être transféré vers
l’extérieur. Les officiels et arbitres ne seront plus désignés. Les
joueurs professionnels en fin de contrat ne pourront plus renouveler
leur contrat. De plus, les Agents de joueurs (intermédiaires de
joueurs) ne pourront plus exercer leurs activités avec aucun pays.
Plus aucun projet de développement ne sera attribué au Bénin. A ce
sujet, le Bénin perdra le projet de construction de l’hôtel des
Sportifs, un hôtel de haut standing promis par le Président Sepp
Blatter lui-même lors de l’audience accordée au Bénin au mois de
novembre à Zurich et qui devrait faire suite aux travaux de pose de
gazon synthétique sur le stade de Parakou et au Centre d’excellence de
Missérété, deux autres réalisations du projet GOAL de la FIFA.
En cas de sanction, il ne serait plus question de la mise en œuvre des
programmes «Performance», «FIFA connect», «Grassroot» et «Live your
goal» pour le football féminin auxquels le Bénin a postulés. Aussi,
seront annulés les cours en administration pour les cadres de la
Direction Technique Nationale, les entraîneurs, les arbitres, les
responsables de clubs, les cadres de la FBF… De même, le Bénin ne
pourra plus bénéficier d’équipements et matériels sportifs de la FIFA
et de la CAF. Le projet PAF/CAF ne pourra plus être une réalité au
Bénin. Je voudrais rappeler que c’est avec ce projet que l’ex- Comité
Exécutif a engagé et la construction des bureaux annexes de la FBF.
Et si la sanction intervenait, nul ne saurait dire quand est-ce que la
FIFA serait prête à réintégrer le Bénin qui ne pourra non plus
renouveler le mandat de ses citoyens membres des instances faîtières.
La Confédération Africaine de Football organise plus de quinze (15)
compétitions continentales. Il est loisible à chaque pays de
participer, de façon sélective, à une ou plusieurs compétitions, en
fonction non seulement des objectifs que chaque nation vise pour sa
jeunesse mais aussi et surtout, en s’appuyant sur le niveau réel
compétitif de chaque pays. Et de cette quinzaine compétitions de la
CAF, le Bénin ne pourra malheureusement pas, même si tel était son
vœu, participer à aucune. Il en est de même des compétitions FIFA
comme les éliminatoires de la Coupe du Monde Russie 2018 qui démarre
au mois de septembre.
Ainsi donc, le mercredi 08 avril 2015, il sera procédé au tirage au
sort pour la composition des groupes des pays devant participer aux
éliminatoires de la CAN senior 2017 qui démarre au mois de juin. Ce
sera malheureusement sans notre pays.

REUNIFICATION DE TOUS LES ACTEURS DU FOOTBALL

L’autre prétexte évoqué pour justifier le retrait de l’agrément est la
réunification de tous les acteurs du football. Je voudrais rappeler
ici qu’il s’agit là d’un engagement de notre équipe de campagne «le
renouveau du football» avant même les élections.
Si ce projet n’a pas encore abouti, ce n’est pas faute d’avoir mis
tout notre engagement au service des acteurs ayant abandonné le
championnat à l’issue de la crise de 2010. On peut se réjouir d’avoir
levé, le 20 août 2014, les sanctions qui pesaient contre certains
dirigeants de la famille du football. Avant cela, le Comité Exécutif a
essayé sans succès de faire revenir les clubs concernés dans le
championnat 2013-2014. Des rencontres ont été faites individuellement
avec lesdits acteurs et collectivement en ses lieux à plusieurs
reprises.
Mais nous n’avons pas baissé les bras dans ce combat même si des
résistances se dressent à chaque fois sur notre chemin. Le même
exercice a été répété avant le lancement de la saison sportive
2014-2015 avec le même refus desdits clubs. Ils proposent qu’on fasse
une parenthèse sur les dispositions des statuts de la FBF et ouvrir la
Ligue I et la Ligue II aux clubs inactifs au lendemain de la crise née
le 20 décembre 2010.
Au cours de sa réunion du 18 novembre 2014, le Comité exécutif s’est
penché à nouveau sur le dossier et a décidé de l’intégration desdits
clubs au cours de la saison 2015-2016. Après la correspondance du 17
octobre 2014 et les réunions qui s’en sont suivies, pour la saison
2015-2016, une nouvelle correspondance en date du 11 mars 2015 a été
adressée à tous les clubs concernés précisant que «le Comité Exécutif
a décidé de libérer, [à leur profit], une place dans chaque catégorie
des championnats nationaux (Ligue 1, Ligue 2, championnat national
amateur) dans le respect des statuts de la FBF ». Cette mesure vise la
mise en place et la bonne préparation des équipes ayant quitté le
championnat en 2010 pendant que le championnat 2014-2015 se déroule.

GESTION DISCRIMINATOIRE DU FOOTBALL ET MAUVAISE ORGANISATION DU CHAMPIONNAT

En attendant que le ministre revienne vous expliquer ce qu’il entend
par gestion discriminatoire du football, j’ai entendu dire qu’il veut
signifier que les cadres de certaines régions et/ou des clubs
particuliers ne sont pas dirigeants ou acteurs à un niveau ou à un
autre du football béninois. Or, vous le savez aussi bien que moi, les
portes de la famille du football au Bénin ou ailleurs dans le monde,
sont toujours ouvertes. Pour en faire partie, il suffit de prendre
par les voies indiquées par les textes qui régissent cette famille et
ses activités.
Pour ce qui est des championnats, je peux vous dire que l’équipe
dirigeante de la FBF a réussi le pari de renouer avec le championnat
professionnel. Celui de 2013-2014 a été brillamment achevé.
Le Championnat féminin s’est achevé le mois dernier avec la mise sur
pied d’une équipe nationale féminine.
Et les championnats professionnels de Ligues 1 et 2, saison 2014-2015,
sont respectivement à leur 10ème et 7ème journée.
L’arrêt décrété du championnat professionnel par le Ministre des
Sports va engendrer des pertes énormes pour notre jeunesse. Les
responsables des clubs à ce stade ont déjà englouti des dizaines de
millions dans ces championnats.
Le Président de la Ligue du Bénin vous en dira davantage dans un instant.
Le championnat amateur ainsi que les championnats régionaux amateurs
sont programmés pour démarrer les 25 et 26 avril prochains.

ABSENCE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION ADMINISTRATIVE, FINANCIERE ET TECHNIQUE

Le Ministre a aussi évoqué comme motif du retrait de l’agrément,
l’absence de transparence dans la gestion administrative, financière
et technique. Je tiens à souligner que même si la Fédération invitait
le Ministère des Sports à auditer sa gestion, il ne pourrait le faire
que s’il mettait de ressources à disposition de la FBF. Or, pour le
moment, tous les milliards injectés par l’Etat pour le football sont
directement gérés par le Ministère des Sports lui-même. S’il y a donc
mauvaise gestion, sachons où tourner nos regards.
Pour revenir à la gestion administrative, financière et technique de
la FBF, les différents rapports y relatifs ont été approuvés et
adoptés par le Congrès ordinaire, instance suprême de notre
institution, le 20 août 2014 après certification des comptes par un
cabinet d’expertise comptable.
Pour les fonds alloués par la FIFA à la FBF, l’instance faîtière
dépêche un cabinet spécialisé pour la vérification. La FIFA
conditionne le décaissement de nouveaux fonds aux résultats de la
vérification des précédents décaissements.
Dans le même registre, le 12 janvier 2015, j’ai été saisi par un
groupe de clubs aux fins de connaître les aboutissements des
différentes recommandations issues du congrès du 20 août 2014. Ces
recommandations sont relatives, entre autres, aux mesures prises
contre les auteurs de malversation financière à la FBF. Sans aller
dans les détails, je puis vous dire qu’il s’agit de fonds reçus par la
FBF en avril 2013 et s’élevant à 151.045.000 francs CFA qui ont été
intégralement versés à d’anciens responsables de la FBF. Il s’agit
aussi de la disparition des fonds alloués par la CAF pour la
construction du siège de la Ligue Régionale de Football Amateur
Atlantique/Littoral, des paiements d’appui aux ligues au nom de
certaines ligues et Clubs et non reversés à ces derniers. Il s’agit
aussi du solde des fonds ayant servi à la construction des bureaux
annexes de la FBF s’élève à 17.605.785 francs CFA
Le 23 janvier 2015, j’ai transmis tous les documents relatifs à ces
dossiers au conseil de la FBF pour que la lumière soit faite et que
les responsabilités soient situées. Cette action dérange certainement
et pourra expliquer les agissements de certains amis.
Que nous reproche-t-on au juste au Ministère des Sports?

Visiblement, le Comité Exécutif que je dirige a commis beaucoup de péchés:
• Le péché d’avoir remporté pour la 1ère fois depuis 1960 une coupe
régionale, notamment la Coupe de l’UFOA U-17 ;
• Le péché d’avoir pu installer, pour la première fois depuis 1960,
une Direction Technique Nationale avec ses différents départements
fonctionnels ;
• Le péché d’avoir pu concrétiser après plusieurs années d’attente, la
pose de gazon synthétique sur les aires de jeu des stades de Parakou
et du Centre de Missérété ;
• Le péché d’organiser régulièrement des examens de passage de grade
pour les arbitres ;
• Le péché d’organiser pour la première depuis 1960 des formations et
des examens pour les entraineurs (Licence C et D) ;
• Le péché d’avoir pu organiser un séminaire sur le financement du
Sport en Général et du Football en particulier dont les résolutions et
recommandations ont été prises en compte dans le budget de l’Etat
Exercice 2015 ;
• Le péché d’avoir renouer avec le championnat féminin arrêté depuis 2009 ;
• Le péché de faire suivre en direct partout dans le monde depuis
quelques semaines grâce à l’ORTB, les matches du championnat
professionnel de Ligue 1.
l’autre péché est d’avoir réorganiser l’existence des centres de formations
l’autre péché est celui de la gestion du dossier OLLE NICOLE dont le
MJSL a unilatéralement mis fin aux fonctions sans aucune concertation
préalable avec la FBF avec qui l’intéressé a signé un contrat.
Voilà un peu ce que j’avais à partager avec vous chers amis
professionnels des médias.
Merci pour l’attention