Eric Hector HOUNKPE parle du FITHEB à mi-parcours

Santé & Culture

La 13e édition du Festival international de théâtre (FITHEB) a démarré le 23 mars dernier, après cinq jours d’intenses activités, le Directeur du FITHEB s’explique.

Le Festival international de théâtre a effectivement démarré le mercredi 23 mars, mais avant, il y a eu le pré-FITHEB. Des manifestations qui se sont déroulées dans les grandes villes comme Cotonou, Porto-Novo, Parakou avec plusieurs troupes, pour annoncer l’arrivée du FITHEB. Ces manifestations s’étaient déroulées dans les lycées, collèges et écoles pour rapprocher le FITHEB des plus jeunes. Elles consistaient à présenter devant les élèves des lectures scéniques. Il y avait également du spectacle sur les différentes places publiques. Plus d’une vingtaine de spectacles ont été donnés dans les villes et localité retenues pour accueillir le FITHEB a expliqué le directeur du FITHEB lors d’un point de presse donné ce lundi de Pâque au Siège de son institution.

Pour ce qui est du FITHEB, les différentes activités prévues on bien commencé. Tout d’abord la table ronde dont le thème “25 ans de FITHEB, Théâtre, Démocratie et Développement”. Elle a eu pour cadre, la grande salle du siège du FITHEB à Cotonou. Comédiens, Promoteurs culturels, administrateurs culturels, universitaires, personnalités et curieux venus de la Cote d’Ivoire, du Burkina Faso, du Nigéria et bien évidemment du Bénin ont participé à cette table ronde. Trois panels ont été prévus au total.
Concernant les autres manifestations du festival, elles se déroulent normalement. La première représentation a été donnée à l’institut français “Querelle de quartier” de Claude Balogoun. Mais il y a eu quelques évènements qui ont bousculé l’arrivée des artistes. Et ces bouleversements ont eu un impact sur la programmation, ce qui nous a obligés, à repousser certaines représentations. Ces bouleversements sont dus aux évènements déplorables comme les attentats en Côte d’Ivoire et à Bruxelles. Ce qui a empêché certains acteurs internationaux de rallier Cotonou à temps. “Nous sommes tenus de les prendre en considération parceque tout ça a un impact sur le déroulement du FITHEB” a souligné M. HOUNKPE.

Au plan sécuritaire “Nous avons pris assez de précaution, je ne suis pas spécialiste de la question mais nous travaillons en étroite collaboration avec les forces de l’ordre…” A rassuré le Président du FITHEB. Il en est de meme pour le transport et la restauration, tout se passe pour le mieux tel que prévu.

Pour célébrer la Journée mondiale du théâtre, hier, “nous avons mis en valeurs certains artistes… On voulait distinguer jusqu’à dix artistes mais compte tenu des réalités financières, nous nous sommes limités à cinq. Mais avant la fin de l’année nous aurons l’occasion de la faire. Puisque FITHEB 2016, c’est jusqu’en décembre.

F. H.