DSK met en évidence l’erreur à ne pas commettre : la précipitation

Economie & Tech

Une nouvelle révolution anti franc cfa sera lancée le 16 septembre 2017 dans toutes les capitales africaines. Dénommée « Révolution internationale anti franc cfa », cette nouvelle fronde contre la monnaie coloniale est, selon son incitateur, le président de l’ONG urgence panafricanist, en légitime défense après les propos du couple Macron-Ouattara sur la monnaie objet de toute les polémiques sur le continent africain depuis quelques années. DSK s’est invité dans le débat de la sortie du franc CFA réclamée tous azimuts ces derniers jours. Il met ici en évidence l’erreur à ne pas commettre, à savoir la précipitation. Et pour cause. Lire son analyse.

« L’Afrique francophone est plus que jamais à l’épreuve d’une nouvelle indépendance. Celle qui la préoccupe depuis l’indépendance administrative des années 1960: l’indépendance monétaire.

Depuis quelques mois cette nouvelle lutte a commencé par prendre corps. La jeunesse à l’instar de ses aînés à la veille des années 60, dénoncent avec force cette oppression monétaire qui avilit nos peuples et augmente la paupérisation de nos populations en proie à une misère grandissante du fait de la mauvaise gestion des ressources par les élites qui les dirigent. La nouvelle génération reprend la lutte. L’objectif visé est de quitter à tout prix la zone CFA dirigée depuis le Trésor français qui dicte à notre banque centrale son devoir et la conduite à tenir. Après les derniers soubresauts à Dakar contre notre Frère Séba , le Président Ouattara de la Côte d’Ivoire, a été en urgence à Paris ce 31 Août afin de rassurer le Président Macron de la solidité de la zone CFA. Belle démarche à mon avis. Mais l’a- t -il fait en qualité du pionnier de la Zone CFA ou en qualité d’ ancien gouverneur de la BCEAO?

Dans les deux cas, sa démarche est louable puisqu’il sait contrairement aux jeunes, que quitter le Franc CFA sans préparation ouvrira un grand boulevard d’incertitudes économiques et un chaos financier dans la sous région. Personnellement, j’adhère à cette lutte de la nouvelle génération. Mais je pense que cela doit se faire progressivement étape par étape. Comme l’a enseigné Frantz Fanon,” notre génération doit bien accomplir sa mission et non la trahir”. Je considère que réclamer l’indépendance monétaire sans aucune préparation est une Trahison de notre part.
Nos Pères fondateurs en leur temps avaient trahi leur mission. Celle de l’indépendance. La plupart était des jeunes étudiants qui ont malheureusement confondu l’Égalité des Droits à l’indépendance totale. Il est important de rappeler qu’avant 1960, ce qui était en cause n’était pas l’indépendance, mais l’Égalité des Droits entre Africains et Métropolitains de la France, puisque les Africains étaient tous astreints aux devoirs mais non pas les mêmes droits que les Français en Métropole. Malheureusement, leur détermination à l’époque a obligé la France à libérer nos pays avec la plus grande précipitation. Les conséquences, nous les traînons à travers nos fondamentaux. Certains avant leur mort se sont confessés. La génération que je qualifierais d’intermédiaire ( 50 à 70 ans) qui est actuellement au pouvoir dans nos différents pays, n’a pas à coeur le devenir de leurs enfants qui composent cette nouvelle génération( les jeunes de 30 à 40 ans ). Or, c’est bien cette génération qui doit prendre la relève en préparant l’avenir de nos enfants ( de 0 à 20ans).

Le combat de la jeunesse aujourd’hui, doit être la relecture des accords qui lient nos États CFA au Trésors français, puisque le taux de couverture exigé pour garantir cette monnaie était de 20%. Or aujourd’hui, ce taux avoisine les 75% selon le Président Ouattara. Nous avons de la matière à revendiquer une PARITÉ PROPORTIONNELLE au franc français. Ce qui peut nous aider à avoir un gain par rapport à l’Euro. Étant donné la solidité de la zone CFA toujours selon l’ancien gouverneur de la BCEAO le Président Ouattara.

Jeunesse Africaine, le combat des 3 ou 5 prochaines années devrait être le combat de la PARITÉ. Autrement, nous allons précipiter nos pays dans un chaos économique et financier spectaculaires qui nous sera plus fatal que ce que nous subissons aujourd’hui.
Ce combat devrait être aussi celui de nos dirigeants actuels. Ils doivent impérativement prendre conscience de la révolution qui s’annonce pour la liberté totale de nos peuples. Ils ne seront pas épargnés de cette colère populaire qui s’annonce de nos différents pays. C’est pourquoi, je salue cette volonté du Président Idriss Déby qui ne ménage aucun effort pour cette liberté monétaire. Les autres Chefs d’État devraient faire pareil afin de confédérer les pays CFA et les autres à un idéal monétaire sans aucune imposition de puissance extérieure. Le Président Talon a commencé par la libération de nos frontières en supprimant le visa aux ressortissants africains. Le Président Ouattara quand à lui à l’obligation de renégocier cette PARITÉ avec le Franc français en accord avec ses collègues concernés. Il urge qu’un comité de grands Experts des questions monétaires prenne corps sous la direction de nos Présidents. Plus que jamais, les Dirigeants de la sous région ont une lourde responsabilité devant l’histoire. Rassurer la jeunesse et l’avenir !

Pour finir, la France doit comprendre qu’aujourd’hui, la jeunesse francophone ne souhaite plus continuer avec les anciennes pratiques qui ont ruiné nos pays. Elle doit prendre conscience que la lutte contre l’immigration clandestine et le terrorisme aveugle passe obligatoirement par le bien être des populations des pays Africains francophones. C’est l’ultime solution ! »

DSK