Désillusion et non sanction !

Chronique

Avant le déroulement du scrutin du 8 janvier passé, certaines chapelles prédisaient un vote sanction contre la gouvernance du Président Patrice TALON.

Alors que nous sommes dans un scrutin de proximité, d’autres en appelaient à un vote référendaire, toujours contre le même Patrice TALON.

Mais à la descente de ce scrutin, rien ! Nenni!

C’est plutôt à UN VOTE DE DÉSILLUSION que nous avons assisté.

Ils ne sont (en attendant les chiffres officiels de la CENA et de la Cour Constitutionnelle) qu’environ la quarantaine du pourcentage de la liste d’électeurs à sacrifier à leur devoir patriotique.

Plusieurs raisons peuvent expliquer ce manque d’engouement au scrutin du 8 janvier passé.

L’un dans l’autre, il convient de retenir au principal que :

LES PARTIS DE L’OPPOSITION NE PÈSENT PAS GRANDE CHOSE FONDAMENTALEMENT !

Si j’estime à 27 ou 30% le taux de participation au scrutin auquel ils n’ont pas tous participés, celui pour lequel ils sont tous présents aujourd’hui nous dépose bien loin des 50% de participation.

Si la CENA et la Cour Constitutionnelle confirmaient le taux de 40% environ, la conclusion pour moi serait que les récriminations des Béninois sont loin d’être politiques mais économiques.

Aussi, les primo – votants n’ont réellement pas été impactés à la mesure de la mobilisation qu’on pourrait attendre dans un pays où le vote n’est pas obligatoire…

Bref, nous nous donnerons le temps d’approfondir les analyses sur ce volet.

Retenons simplement que le vote sanction prédit s’est transformé en vote de désillusion !

Distel AMOUSSOU