Bénin : Des usagers arrêtés pour excès de vitesse par la  Police déplorent ceci  

Economie & Tech

Les éléments de la police républicaine ont procédé, ce samed 15 octobre 2022,  à l’arrestation de plusieurs véhicules 4 roues  dans plusieurs villes du Bénin, notamment à Sékou, Ouidah, Porto-Novo et Cotonou pour excès de vitesse. 

Ces contrôles ont été effectués  sur différents axes routiers et participent de la garantie de la sécurité des usagers de la route, selon la police. 

Des radars utilisés par les éléments de la police républicaine ont été positionnés à des endroits stratégiques dans certaines villes. Entre autres, ce samedi à Ouidah devant le centre IDEE du professeur Aguesy Honorat; à Porto Novo (Djassin) devant le domicile de Me Adrien Houngbedji et à Akpakpa (Cotonou) sur l’axe nouvelle voie goudronnée Ciné Concorde-Carrefour Sekandji. La liste n’est pas exhaustive.

Des usagers dont les véhicules ont été arrêtés pour avoir enfreint au code de la route ont payé une amende de 10 000 FCFA, selon le cas.

Dans le lot, surtout à Sekou, certains usagers déplorent le fait qu’ils sont arrêter alors qu’ils n’auraient pas dépassé la vitesse requise en agglomération. Seule, la police detient l’outil de contrôle et ne l’exhibe pas, raconte un usager. Les mis en cause déplorent aussi la lenteur au niveau du dispositif mis en place pour le paiement des 10.000 FCFA qui leur est exigés  après la délivrance par la police de la fiche constatant l’infraction commise.

Par aileurs, avec la dématérialisation des services publics, il est demandé aux conducteurs en infraction d’aller payer en ligne. La plupart disent ne pas connaître le lien via lequel les paiements peuvent se faire en ligne. Cet état de chose ne leur rend pas la tâche facile. D’aucun propose que la fiche qui notifie la contravention porte le lien de paiement.

Autre calvaire des mis en cause, il leur est exigé d’aller imprimer le reçu obtenu en ligne après paiement. La police fait croire des fois à une rupture de fiche de contravention, déplore un usager dont le véhicule a été arrêté. Toute chose qui fait perdre souvent 2 voire 3 heures de temps à certains usagers de la route qui doivent procéder au paiement avant de poursuivre leur chemin.

“Les contrôles routiers vont  se  poursuivre”

Selon les informations, le contrôle routier va se  poursuivre sur d’autres axes. 

Pour aider les conducteurs à ne pas tomber sous le coup de cette infraction, Victor.A. directeur d’une auto-école conseille qu’en temps normal un conducteur de véhicule doit connaître la prescription réglementaire par  rapport à la circulation de son pays. En agglomération, la limite de la vitesse est à 50 km à l’heure . Sur les routes ordinaires, les conducteurs ne doivent pas dépasser 90 km à l’heure. « Nous avons des textes, l’excès de vitesse est puni». Afin de réprimander les conducteurs qui se livrent aux excès de vitesse, des sanctions peuvent être appliquées.  Il s’agit  de  sanctions administratives où on peut retirer le permis de conduire, de  sanctions pécuniaires qui obligent à payer des amendes. Il faut noter également les sanctions pénales qui consistent à faire une peine carcérale.

S.E.