Grève de 72h : Des précisions du porte-parole des aspirants sur le débrayage qui commence lundi

Actualités

Les enseignants aspirants observent une grève de 72 heures dès ce lundi. Dans un entretien accordé au journal Bénin Intelligent, leur porte-parole, Ferdinand S. Missenhoun donne les raisons du mouvement de débrayage qui, dit-il, concerne les aspirants sur toute l’étendue du territoire national.

Le porte-parole des aspirants, M. Ferdinand Missenhoun estime qu’il est temps que les autorités écoutent les aspirants et améliorent leurs conditions de vie et de travail.

Ferdinand Missenhoun fait savoir que les Aspirants au Métier d’enseignant souffrent. Et pour donner l’alerte, les surveillances des devoirs ont été boycottées dans plusieurs collèges, dit-il. La grève que déclenchent les aspirants ce lundi est considérée par le porte-parole des aspirants comme  « l’expression du ras-le-bol d’une catégorie d’enseignants qui souffre le martyr. C’est l’expression de la douleur des enseignants appelés AME, maintenus dans la précarité par le programme de pré-insertion qui est à sa troisième phase de pratique. Ces enseignants en ont donc par-dessus la tête.”, déplorent-ils.

Dès lundi 6 décembre, les enseignants observent donc une grève de 72 heures renouvelable sur toute l’étendue du territoire national, selon leur porte-parole.

Il faut rappeler que c’est à travers une motion de la Fédération Nationale des Collectifs des Enseignants Préinsérés du Bénin (FéNaCEPIBC), signée par deux responsables à savoir Ferdinand Sourou et Pierrot Sourou Léon Akodjènou, que les aspirants annoncent une grève dès lundi 6 décembre 2021.

La motion de grève a été déposée mercredi 1er décembre 2021 sur la table du ministre des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle. Plusieurs doléances sont contenues dans cette motion notamment la signature d’un contrat de 12 mois sur 12; le retour au quota hebdomadaire normal (18h pour les professeurs certifiés et 20 h pour les professeurs adjoints) ; l’insertion définitive etc;

Des ampliations ont été faites au Chef de l’Etat, à l’Assemblée nationale, à la cour constitutionnelle et autres institutions et structures. Lire en encadré la motion de grève.

Armelle C. CHABI