Des jeunes patriotes du ministère des finances très remontés contre Mathys Adidjatou

Politique

Profitant de la sortie du Front citoyen pour la sauvegarde des acquis de la démocratie, Adidjatou Mathys, ancien ministre de l’économie et des finances, a dégainé sur le régime, notamment sur le chef de l’Etat. Sa déclaration a suscité un tollé chez les jeunes patriotes du ministère des finances qui sont très remontés contre elle.

La déclaration de l’ancien ministre de l’économie et des finances vendredi dernier montre n’a pas plus aux jeunes patriotes du ministère qu’elle a dirigé récemment. Elle a été amère vis-à-vis du chef de l’Etat : «Tout est mélangé dans le pays. Que Yayi fasse attention, car il sera le seul comptable de sa gestion”, … «Le président Boni Yayi, je le connais. Lorsque je travaillais sous lui, je n’hésitais pas à lui dire la vérité. Maintenant, la situation s’empire. Il faut qu’il ramène la balle à terre et engage un dialogue sincère et franc avec tous les acteurs», a-t-elle souligné.

Les jeunes patriotes au détour d’une discussion à bâtons rompus se demandent si Mathys Adidjatou est-elle aujourd’hui bien placée pour donner des leçons au chef de l’Etat ? Dans un passé récent, alors aux affaires, elle défendait bec et ongles que le Chef de l’tat n’avait pas de salaire. Au cours des sorties politiques, elle louait les mérites et actions du chef de l’Etat. Il a suffit qu’elle soit remerciée pour vouer aux gémonies Boni Yayi et le traiter de tous les maux. Ces jeunes patriotes se demandent si elle jette ainsi le masque. Elle n’a pas hésité à aller dans le même sens que certains de ses collègues sortis du Gouvernement.

De jeunes patriotes du ministère des finances, très remontés contre ces propos n’ont pas tardé à réagir. A travers une lettre adressée au chef de l’Etat, ils l’invitent à poursuivre Mathys Adidjath devant la Haute Cour de Justice afin qu’elle aille s’expliquer sur les dossiers tels que le PVI, la campagne cotonnière 2011-2012 où 12 milliards de francs CFA ont été virés à la BOA pour le compte de la Cspr. Ici les jeunes invitent le chef de l’Etat à demander aux députés quelle est la part de ce ministre dans la procédure de décaissement d’une somme aussi importante? Les jeunes demandent à Boni Yayi de chercher la conduite de Mathys Adidjatou par rapport à la lettre du SGS et le sort du groupement SGS-Bénin Control SA ? La balle est désormais dans le camp du chef de l’Etat qui, bonne gouvernance oblige, devra prendre ses responsabilités, ont conclu les jeunes patriotes du ministère des finances.