Charlemagne Honfo parle de l’affaire 400 millions et des législatives de 2019

Politique

L’émission “90 minutes pour convaincre” de la radio nationale a reçu comme invité ce dimanche 06 janvier 2019 le maire de la commune de Sèmè-Kpodji et vice-président du Parti du renouveau démocratique (PRD) Charlemagne HONFO. Au cour de cet exercice, le porte parole du PRD a levé un coin de voile sur la position du PRD face à la réforme du système partisan, les positionnements pour les législatives de 2019, l’affaire des 400 millions de FCFA qui défraie actuellement la chronique, l’avenir du PRD et du président Adrien Houngbédji…

“..On est le seul parti politique à avoir 10 députés à l’Assemblée nationale. C’est pourquoi on est jalousé”, a déclaré le VP/PRD Charlemagne HONFO. Pour lui, l’entité PRD est ouverte à toutes les adhésions. À la question de savoir si le PRD est satisfait de son bilan, le VP Charlemagne HONFO répond avec sincérité: ” on n’est pas encore satisfait car un parti politique ambitionne conquérir le pouvoir d’État. Ce qui n’est pas encore le cas chez nous. C’est pourquoi il nous faut une grande ouverture. Une ouverture qui ne doit pas conduire à la disparition. Le PRD est un parti école qui a 07 maires et de nombreux conseillers municipaux, communaux et locaux, a-t-il ajouté.

Le PRD et la réforme du système partisan

À en croire Charlemagne HONFO, le PRD n’est pas contre la réforme du système partisan. Encore moins contre le Bloc républicain. Mais il faut respecter les textes, a-t-il indiqué. Au PRD, les textes ne prévoient pas la disparition du parti. C’est pourquoi il est dit lors du processus de fusion avec le Bloc Républicain que le PRD constituera un courant au sein du nouveau parti en création. De toutes les façons pour parvenir à la fusion, les textes au PRD exigent un écrit. Ce qui n’est pas le cas avec les partenaires du Bloc républicain. Donc au PRD pour éviter toute confusion, l’option de marquer un arrêt a été observée et personne n’est allée nous voir, a-t-il poursuivi. À cette occasion, le VP Charlemagne HONFO a salué le chef de l’État, Patrice Talon pour son implication et surtout sa volonté de laisser la liberté au PRD d’aller aux législatives de 2019 seul et avec ses attributs.

Démissions en cascade au PRD

Les démissions observées ces derniers temps n’ont pas été occultées par le maire Charlemagne HONFO. Surtout le cas des députés Augustin Ahouanvoèbla et Edmond Zinsou. À ce propos, Charlemagne HONFO a affirmé qu’à ce jour, aucune lettre de démission n’est encore enregistrée au niveau du PRD. Car pour lui, le député Augustin Ahouanvoèbla occupe toujours à l’Assemblée nationale, le poste de président du groupe parlementaire PRD. Quant au député Edmond Zinsou, il aurait affirmé sur les ondes de la radio Afrique Espoir au cours d’une émission qu’il demeure PRD.

Campagne électorale, constitution des listes et les 10%

Étant seul pour aborder les législatives de 2019, l’audace du PRD suscite des intérêts. Sans coup férir, Charlemagne HONFO a répondu aux différentes préoccupations liées à cette question. Pour lui, le PRD a toujours fait campagne et le fera une fois encore aux prochaines législatives. Pour ce qui est de la constitution des listes et des positionnements, Charlemagne HONFO se dit que cela se fera comme d’habitude. Une note circulaire sera envoyée et la base fera son choix. C’est quand il y a des difficultés que le président Adrien Houngbédji s’implique et dans une certaine mesure, la Direction exécutive nationale (DEN) du PRD tranche. Dans le même ordre d’idées Charlemagne HONFO a martelé que la condition des 10% pour l’éligibilité des candidats n’est pas extraordinaire. “..On a toujours eu ces 10%. Actuellement on est dans les 11,80%. Par exemple s’il y a 2 milions de votants, vous ne pensez pas que le PRD aura 200. 000 voix ? Au PRD, on n’est pas inquiété. On est nostalgique de 1995 avec nos 19 députés. Une performance qu’on projette avoir en 2019. C’est pour cette raison que nous comptons sur les jeunes et les femmes qui seront positionnés. D’ailleurs, les textes du parti l’y exigent. On ira à 19 députés pour les législatives de 2019. Pour finir cette rubrique, Charlemagne HONFO a rassuré de ce que les cotisations pour payer les cautions ne constitueront pas un problème pour le PRD. “…Au PRD, nous côtisons. Quand il y a une activité ou le congrès, ce sont les sous sections et sections qui cotisent. Qui va loin, ménage sa monture.”, a-t-il mentionné.

*Charte des partis politiques et avenir du PRD et de Houngbédji*

Le PRD à l’instar des autres partis politiques s’apprête pour se conformer aux exigences de la charte des partis politiques. C’est du moins ce qu’il convient de retenir des explications de Charlemagne HONFO. Pour lui, les pièces sont entrain d’être réunies et d’ici la semaine prochaine, une réunion se tiendra pour finaliser les choses. En ce qui concerne l’avenir du PRD, Charlemagne HONFO le trouve radieux. Et ce pour deux raisons: le PRD fait l’objet de diverses attaques d’une part et d’autre part, il est dans la logique de la promotion des jeunes et des femmes. À la question de savoir si oui ou non, le président Adrien Houngbédji sera candidat aux législatives de 2019, Charlemagne Honfo a estimé que c’est encore trop tôt de le savoir. Pour la question des candidatures au PRD, la raison emporte sur la passion. Donc c’est difficile aujourd’hui de dire si Houngbédji sera candidat ou non aux législatives de 2019. Encore moins le contrôle du perchoir.

Affaire 400 millions de FCFA

S’il y a un sujet qui défraie la chronique, c’est bien la déclaration du député Augustin Ahouanvoèbla dans laquelle il reconnaît avoir pris des mains du président Patrice Talon 400 millions de FCFA pour le PRD lors des législatives de 2015. Charlemagne HONFO a affirmé ne pas connaître de cette affaire même s’il sait que les partis politiques vivent parfois des dons et legs.”…Il y a souvent des choses dont je ne parle pas compte tenu de leur caractère. J’ai suivi sur les réseaux sociaux cette vidéo et je crois que le camarade devrait regretter cette déclaration. Cette affaire, je n’en connais pas. Jamais et jamais il ne m’a dit qu’il a reçu cette somme d’argent pourtant on était proche. Si c’est vrai, alors il a trahi notre amitié. Il a également déclaré que le président Adrien Houngbédji est un individu. Son père ne peut être un individu. Je demande à Dieu de le pardonner et je souhaite qu’il fasse une déclaration publique d’excuses. Car il a été trois fois député sous la bannière du PRD. Si le président Talon lui a remis de l’argent, qu’il vienne le justifier.”, a laissé entendre Charlemagne HONFO.