Bénin : Boni Yayi répond-t-il aux vœux de réconciliation de Patrice Talon?

Actualités Politique

À Parakou, le Chef de l’État a  mandaté les sages et notables de l ’aider à se réconcilier avec son grand frère Yayi Boni. L’ancien président du Bénin a t il donné sa réponse à Talon, comme le fait croire un texte qui circule sur les  réseaux sociaux?

« Je vous demande, vous, sages et notables de Parakou à travailler à ma réconciliation avec mon aîné Boni Yayi. Boni Yayi et moi étions comme de petit frère et grand frère », a souhaité Patrice Talon. L’actuel Chef de l’État Patrice Talon et son prédécesseur Boni Yayi ont été des amis de longue date. Une brouille est intervenue  entre les deux personnalités suite à l’affaire tentative d’empoisonnement et de coup d’État. Suite à l’initiative du Chef de l’État, Patrice Talon, Boni Yayi a t-il  donné une réponse à Talon? Un texte circule sur la toile. depuis ce mardi 17 novembre. Et est intitulé “RÉPONSE DE YAYI BONI AUX VŒUX DE TALON POUR UNE RÉCONCILIATION”. L’absence de ce texte  sur la page Facebook de Boni Yayi fait comprendre que Boni Yayi n’en n’est pas l’auteur. Selon nos informations, c’est plutôt un texte de Nourou Dine Saka Salé.( NDSS)  Membre du parti politique “Les Démocrates”, il donnait ainsi conseil, c’est à dire s’il était Yayi Boni, il allait donner cette réponse r à Patrice Talon  Lisez plutôt.

 

RÉPONSE DE YAYI BONI AUX VŒUX DE TALON POUR UNE RÉCONCILIATION (  Ecrit par NDSS )

” Monsieur le Président de la République,

Thomas Yayi Boni n’est rien, réconciliez-vous avec le peuple béninois.

J’ai accueilli avec la plus grande sympathie votre demande de réconciliation, tant dans la forme que dans le fond.

Je n’y mets même aucun doute, mais Yayi Boni n’est pas celui avec lequel vous méritez de vous réconcilier.

Si quelque chose a pu offenser Yayi Boni, le Père céleste lui a déjà donné tout le réconfort.

Le Père céleste lui a déjà donné le pardon, parce qu’après toutes les péripéties dont il a été l’objet, y compris l’enfermement à son domicile pendant 52 jours sans eau, sans médicament et sans la visite de ses proches, de sa famille, Yayi Boni considère le fait qu’il soit encore en vie, et sur sa terre béninoise, cette terre qu’il a dirigée pendant 10 années, et pour laquelle il continue de ne ressentir que de la dévotion et des ambitions saines, comme le signe que le Père céleste a déjà effectué ce pardon pour vous et en votre nom.

Mais….

Yayi Boni n’est rien comparativement à toutes ces familles d’enseignants endeuillées par les suicides récurrents de leurs proches.

Yayi Boni n’est rien comparativement à toutes ces familles endeuillées par les balles des militaires de notre armée et notre police censées être républicaines.

Yayi Boni n’est rien comparativement aux familles de ceux contraints à l’exil du fait des décisions arbitraires de la justice.

Yayi Boni n’est rien comparativement à toutes ces familles meurtries par le nombre de décisions de fermeture de leurs lieux de travail.

Yayi Boni n’est rien comparativement à toutes ces familles qui vivaient des activités économiques de nos compatriotes Sébastien Ajavon, Séverin Adjovi, etc…

Monsieur le Président de la République,

Vous méritez de vous réconcilier avec tous ceux qui souffrent aujourd’hui des décisions politiques et des décisions arbitraires.

Et plus précisément, vous méritez de vous réconcilier avec cette nation qui nous a tout donné, à vous et à moi.

J’ai eu la grâce de diriger cette terre pendant 10 années, j’ai donc beaucoup plus d’expérience que vous en cette matière, pour vous inviter à vous plier à la vertu de la paix et la cohésion nationales qui passent forcément par la décision du Chef.

Vous méritez de vous réconcilier avec votre nation, et cette réconciliation ne peut pas passer par le fait qu’une partie de la nation, une infime partie de la nation, vos partisans, décident, pour tout le reste en excluant tous les autres.

Je considèrerais une vraie envie de réconciliation venant de vous, à partir du moment où vous constatez que la nation, au delà de la petite personne de l’ancien Président que je suis, a besoin de réconciliation nationale.

Je vous sais très intelligent, je vous suppose déterminé pour notre nation commune.

Je veux pouvoir compter sur vous pour que notre nation se réconcilie enfin et éloigne définitivement d’elle, l’exclusion et la persécution politiques, fiscales et économiques.

C’est seulement, et seulement à ce prix, que je croirais en votre envie de réconciliation, non pas avec moi qui n’ai aucun problème avec vous, mais avec la nation béninoise.

 

 

 

Laisser un commentaire