Adrien Houngbédji plaide pour un accord intégré

Politique

Le volet parlementaire de la Cop21 qui s’est tenu à Paris ce week-end, a connu la participation de la délégation du parlement béninois conduite par son président Maître Adrien Houngbédji. Occasion pour le N°1 des députés béninois d’apporter la contribution de qualité de son institution pour la prise des solutions idoines contre le réchauffement climatique.

Réfléchir à jeter les jalons de ce qui pourrait être l’apport du pouvoir législatif dans la lutte contre les changements climatiques. Tel est l’objectif du volet parlementaire de la Cop21 qui a regroupé ce week-end à Paris, 180 délégations composées de députés et de sénateurs venues des quatre coins du monde. Au nombre des délégations ayant pris une part active aux travaux, figure la délégation du parlement béninois composée des députés Jean Michel Abimbola, Jérémie Adomahou, Idrissou Bako, Noël Akissoe et Adam Bagoudou, avec à leur tête le président Adrien Houngbédji. C’est au Palais Bourbon, siège de l’Assemblée Nationale Française que la deuxième personnalité du Bénin en la personne de Me Adrien Houngbedji a donné samedi passé, la position du parlement béninois sur la question du réchauffement climatique.

En bon défenseur des nations africaines, notamment côtières, Houngbédji a plaidé pour que la spécificité de ces territoires soit intégrée dans l’accord global de Paris. «Nous, pays côtiers particulièrement menacés de disparition, saisissons l’occasion de la COP21 pour réaffirmer notre engagement à doter nos pays d’arsenaux législatifs qui favorisent l’adaptation de nos économies aux enjeux climatiques, au transfert de technologie et au financement approprié » a déclaré le président du parlement béninois. « Aussi, nos parlements dans leur rôle de contrôle de l’action gouvernementale, devront veiller, non seulement au respect par les gouvernements des engagements pris à la COP 21, mais également à ce que les ressources soient utilisées effectivement pour l’atteinte des objectifs de développement durable; plus spécifiquement pour contribuer à éradiquer la pauvreté, apporter la lumière pour tous et l’énergie propre afin de renforcer la capacité de production pour une croissance verte » a-t-il poursuivi. A suivre le N°1 des députés béninois, le moment est venu pour les parlementaires d’agir main dans la main avec les gouvernements, car le défi des changements climatiques appelle une réponse collégiale sans précédent à la mesure des défis. Il va pour cela exhorter à passer à l’action, car le coût de l’inaction sera fatal à toute la planète.

A noter qu’en prélude à ces assises du samedi passé, Me Houngbedji a été accueilli par son homologue Président de l’assemblée française Claude Bartolone. Démarrés le samedi 5 décembre 2015, les travaux se sont poursuivis le dimanche 6 décembre 2015 au Sénat français où les parlementaires ont pu apporter leur contribution au projet de document final. Présentes à ces assises qui se tiennent au lendemain des attentats qui ont endeuillé la ville lumière, les différentes délégations, et particulièrement celle du Bénin, ont exprimé leur solidarité à la France, et également au Mali et à la Tunisie, récentes victimes du terrorisme. Tous les parlementaires s’accordent sur la nécessité de donner une réponse concrète aux changements climatiques à travers l’accord qui sera signé vendredi. Car ainsi que l’a souligné le président du Sénat français Gérard Larcher, “le meilleur accord international ne serait qu’un tigre de papier s’il n’est effectivement respecté”.