Le dossier « Africa Finances » sur la table de la BEF

Economie & Tech

La Brigade Economique et Financière (BEF) a un dossier de taille sur sa table. Il s’agit d’un dossier de l’institution de microfinance« Africa Finances » dont le siège est sis à Abomey-Calavi, quartier Agon. Les protagonistes sont convoqués pour cette semaine, apprend-on de sources policières. Et pour éviter à cette institution et ses déposants le sort de ICC services et consorts, le ministre de l’économie et des finances, Komi Koutché devra s’autosaisir à son tour du dossier.

Les personnes à écouter dans ce dossier sont notamment la Directrice générale, la comptable et le Président du Conseil d’administration et si possible d’autres membres influents de « Africa Finances ».
De sources dignes de foi, il est reproché à la Directrice générale et la comptable « d’avoir détruit et dissimulé des données informatique et comptable » de« Africa Finances ». Courant 2012, des interpellations par exploit d’huissier de la structure de gestion du logiciel de l’institution de microfinance « Africa Finances » mettent en cause la Directrice générale et la comptable.

De sources crédibles, on apprend que « des données en historique ont été annulées à l’insu du Conseil d’administration et ce à l’initiative de la Directrice générale ». Alors qu’en matière comptable les données en historique ne doivent être jamais détruites.

Que cache donc la destruction des données en historique de « Africa Finances » ? Quelles autres dispositions le Conseil d’administration a prises pour voir clair dans cette situation. Ont-elles prospéré ? Y-a-t-il d’autres griefs contre la Directrice générale et son comptable ? Les enquêtes policières permettront de donner des réponses claires et précises à ces questionnements et surtout ce dossier qui sème une brouille entre la Direction générale et le Conseil d’administration, apprend-on.
Selon les mêmes sources, l’ex-ministre de l’économie et des finances aurait connu du dossier et devrait proposer une solution aux protagonistes, soit la nomination d’un administrateur provisoire de l’institution de microfinance. Rien n’y fit avant le départ du ministre. Le ministre Komi Koutché qui a dirigé de main de maître le Fonds national de Microfinance et qui est un expert dans ce domaine devra prendre à bras le corps ce dossier et éviter à l’institution et ses déposants le sort de ICC services et consorts. C’est son premier dossier qui montrera aux béninois qu’il fait vraiment la fierté des jeunes et des cadres à soutenir et à décorer.