[]
Quotidien béninois d'informations, d'analyses, d'investigations et de publicités paraissant à Cotonou - ISSN : 1840-782X - Tel: +229 97 60 17 90
Accueil > Politique > Six centrales et confédérations syndicales invitent les enseignants à aller (...)

Evaluation diagnostique des ACE 2008 samedi 24 août prochain

Six centrales et confédérations syndicales invitent les enseignants à aller composer

(La CSA, la CGTB, la COSI-BENIN, l’UNSTB, la CSUB et la CSPIB invitent les enseignants contractuels de la promotion 2008 à ne pas céder aux intimidations et à se rendre, dans l’ordre et la discipline dans les centres de composition)

Par Jean-Louis KOGBEDJI, 23 août 2019 à 02:11 
Partager cet article :

Six centrales et confédérations syndicales approuvent l’évaluation diagnostique des enseignants ACE promotion 2008 initiée par le gouvernement Talon. Au cours d’un point de presse jeudi à Cotonou, elles invitent ces enseignants contractuels de la promotion 2008 à ne pas céder aux intimidations et à se rendre, dans l’ordre et la discipline dans les centres de composition samedi 24 août 2019.

Les syndicats invitent leurs militants à se rendre dans l’ordre et la discipline dans les centres de composition samedi 24 août 2019. Ces six centrales et confédérations syndicales sont : la CSA, la CGTB, la COSI-BENIN, l’UNSTB, la CSPIB et la CSUB.
Au cours d’un point de presse, jeudi à Cotonou, les six centrales ont précisé que leur sortie se fait « dans un contexte de vives polémiques générées par le processus de l’évaluation des connaissances académiques et professionnelles des enseignants contractuels de la promotion 2008, lequel processus est entamé par le gouvernement après une série de rencontres et de discussions, sanctionnées par des engagements dont la finalité est d’améliorer la qualité du système éducatif tout en préservant les intérêts matériels et moraux des enseignants concernés par ladite évaluation ». Les responsables des centrales syndicalesexpliquent qu’au terme du processus de l’évaluation, aucun enseignant ne va perdre son emploi. Ils ajoutent que « Le gouvernement ne résiliera aucun contrat ni avant l’évaluation, ni pendant l’évaluation, ni après l’évaluation à moins que l’enseignant choisisse de son propre chef de démissionner ».

Pour cette évaluation qui se déroule samedi 24 août sur toute l’étendue du territoire national, les centrales et confédérations syndicales rassurent qu’elles sont impliquées dans le déroulement du processus pour garantir sa transparence et pour veiller à la mise en application des points d’accord.
« Les épreuves doivent répondre à un format en phase avec la matière enseignée et leurs niveaux doivent être du CM2 pour les enseignants de la maternelle et du primaire et de la 3ème ou de la terminale pour ceux du secondaire, selon les cas », soulignent-ils.
« La moyenne retenue pour l’admission à cette évaluation, qui n’est pas un concours, est de 10/20 », rappellentles centrales syndicales. Elles soulignent que « les enseignants qui obtiendront une note supérieure ou égale à 10 seront déclarés admis et vont acquérir le statut de fonctionnaires de l’Etat ».
Les responsables syndicaux n’ont pas oublié de préciser que « les enseignants qui seront en dessous du seuil mentionné supra, subiront une formation modulaire et ce, en continuant par exercer leurs activités professionnelles tout en conservant leurs salaires jusqu’à une seconde évaluation ».

Quelle sera la suite après cette évaluation ? Selon les syndicalistes, « au terme de la seconde évaluation, les admis signeront un contrat avec l’Etat tandis que le dernier groupe sera reconverti dans d’autres activités au sein de l’administration publique ».
Les six (06) centrales et confédérations syndicales n’ont pas manqué de rassurer les enseignants de leur veille constante pour le respect desengagements pris par le gouvernement. « Leur démarche s’inscrit dans une logique empreinte de dialogue en vue d’une sécurisation des emplois pour un règlement de cette question hautement sensible car touchant à la carrière et la vie de plus de 18 000 travailleurs et par ricochet de celle de leurs familles », expliquent-ils.
En ce qui concerne l’Etat, les centrales et confédérations syndicales « demandent au gouvernement de veiller, avant la fin du processus, à la prise de toutes mesures légales administratives et règlementaires nécessaires au respect strict des engagements pris afin de rassurer davantage les enseignants sur les inquiétudes légitimes qu’ils expriment face aux signaux de privatisation de l’école béninoise ». Elles invitent alors les enseignants contractuels de la promotion 2008 « à ne pas céder aux intimidations et à se rendre, dans l’ordre et la discipline, le samedi 24 aout 2019, dans les centres de composition ».

Point de presse au sujet de l’évaluation des enseignants contractuels de la Promotion 2008

Ce point de presse des six (06) centrales et confédérations syndicales du Bénin à savoir : la CSA, la CGTB, la COSI-BENIN, l’UNSTB, la CSUB et la CSPIB, intervient dans un contexte de vives polémiques générées par le processus de l’évaluation des connaissances académiques et professionnelles des enseignants contractuels de la promotion 2008, lequel processus est entamé par le gouvernement après une série de rencontres et de discussions, sanctionnées par des engagements dont la finalité est d’améliorer la qualité du système éducatif tout en préservant les intérêts matériels et moraux des enseignants concernés par ladite évaluation.
Par le présent point de presse, les centrales et confédérations syndicales tiennent d’une part, à rappeler à l’opinion publique en général et au monde des travailleurs en particulier, le contenu desdits engagements et d’autre part, à rassurer leurs militants concernés par cette évaluation de leur détermination à suivre, de bout en bout, le processus pour la sauvegarde de leurs intérêts ainsi que de leur carrière.
Ainsi donc, du recoupement des différentes discussions entre le Chef de l’Etat et les centrales et confédérations syndicales et par la suite entre les ministres en charge des enseignements maternel, primaire et secondaire avec les représentants des organisations syndicales au sein du comité de suivi, les engagements suivants ont été pris par le gouvernement :
Au terme du processus de l’évaluation, aucun enseignant ne sera victime de la perte de son emploi ;
Le gouvernement ne résiliera aucun contrat ni avant l’évaluation, ni pendant l’évaluation, ni après l’évaluation à moins que l’enseignant choisisse de son propre chef de démissionner ;
Les centrales et confédérations syndicales seront impliquées dans le déroulement du processus pour garantir sa transparence et pour veiller à la mise en application des points d’accord ;
Les épreuves doivent répondre à un format en phase avec la matière enseignée et leurs niveaux doivent être du CM2 pour les enseignants de la maternelle et du primaire et de la 3ème ou de la terminale pour ceux du secondaire selon les cas ;
La moyenne retenue pour l’admission à cette évaluation, qui n’est pas un concours, est de 10/20 ;
A l’issue de l’évaluation :
les enseignants qui obtiendront une note supérieure ou égale à 10 seront déclarés admis et vont acquérir le statut de fonctionnaires de l’Etat ;
les enseignants qui seront en dessous du seuil mentionné supra, subiront une formation modulaire et ce, en continuant par exercer leurs activités professionnelles tout en conservant leurs salaires jusqu’à une seconde évaluation ;
au terme de la seconde évaluation, les admis signeront un contrat avec l’Etat tandis que le dernier groupe sera reconverti dans d’autres activités au sein de l’administration publique.
Par conséquent, les six (06) centrales et confédérations syndicales, en restant vigilantes pour la tenue desdits engagements, tiennent à préciser que leur démarche s’inscrit dans une logique empreinte de dialogue en vue d’une sécurisation des emplois pour un règlement de cette question hautement sensible car touchant à la carrière et la vie de plus de 18 000 travailleurs et par ricochet de celle de leurs familles.
Elles demandent au gouvernement de veiller, avant la fin du processus, à la prise de toutes mesures légales administratives et règlementaires nécessaires au respect strict des engagements pris afin de rassurer d’avantage les enseignants sur les inquiétudes légitimes qu’ils expriment face aux signaux de privatisation de l’école béninoise.
Les centrales et confédérations syndicales saisissent, une fois encore, cette occasion pour inviter les enseignants contractuels de la promotion 2008 à ne pas céder aux intimidations et à se rendre, dans l’ordre et la discipline, le samedi 24 aout 2019, dans les centres de composition.
Le clientélisme syndical ne saurait subsister face à l’enjeu de la préservation des intérêts des militants.
Vive les forces syndicales !
Vive la sauvegarde de la carrière des enseignants !
Vive l’école béninoise !
Ensemble nous gagnerons !
Fait à Cotonou, le 22 août 2019

Ont signé :

CSA CGTB COSI-BENIN UNSTB CSUB CSPIB



Articles Similaires

Chronique

Alain Capo Chichi, le modèle de réussite béninois

Dans ce Bénin avarié, ce qu’on essaie de vendre à la jeunesse, est beaucoup plus ces jeunes sans CV, qui se sont égarés en politique et qui, ne peuvent pas justifier, regardant d’où ils viennent, ce qu’ils sont devenus. Dans ce Bénin-là, disais-je, Alain Capo-Chichi fait figure d’exception. Je ne vois pas encore deux modèles... Lire la Chronique

  Alain Capo Chichi, le modèle de réussite béninois , 1er septembre 2019

  Examens de fin d’année : la vérité , 4 mai 2017

  Electorat flexible , 17 mars 2016 par Man Soph !

  Sélection naturelle de candidatures , 8 décembre 2015 par Man Soph !

  Gestion difficile d’un choix , 27 novembre 2015 par Man Soph !

Voir aussi : 0 | 5 | 10 | 15 | 20
Flyer Wasexo.com

Conseil des Ministres

Suivez-nous

           

Ont fait la Une