[]
Quotidien béninois d'informations, d'analyses, d'investigations et de publicités paraissant à Cotonou - ISSN : 1840-782X - Tel: +229 97 60 17 90
Accueil > Actualités > Afrique > Le président Ramaphosa condamne les violences xénophobes

Afrique du Sud

Le président Ramaphosa condamne les violences xénophobes

Par RFI, 4 septembre 2019 à 04:47 
Partager cet article :

Dans la nuit du lundi à mardi, de nouveaux incidents ont éclaté dans le township d’Alexandra, un des quartiers pauvres de Johannesburg où habitent de nombreux étrangers. Plusieurs magasins ont été pillés et brulés.

Alors qu’il n’y avait eu que peu de réactions jusqu’ici de la part des autorités sud-africaines, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a « condamné » ce mardi, « dans les termes les plus forts », les violences xénophobes qui secouent le pays depuis dimanche soir, les jugeant « totalement inacceptables ».

« Je condamne dans les termes les plus forts les violences qui s’étendent dans quatre provinces » du pays, dont les capitales économique, Johannesburg, et politique, Pretoria, a déclaré le chef de l’État dans une vidéo postée sur son compte Twitter. « Les attaques visant des commerçants étrangers sont totalement inacceptables, quelque chose qu’on ne peut pas autoriser en Afrique du Sud. »
Ces violences ont éclaté dimanche dans le sud de Johannesburg et se sont déplacées vers le township d’Alexandra lundi soir, la foule attaquant des commerces détenus par des étrangers. Bilan ce mardi : une cinquantaine de magasins détruits, certains incendiés, et sept personnes arrêtées.

Phénomène récurrent

Qui trouve-t-on derrière ces attaques ? La police parle d’éléments criminels, d’actes spontanés, de gens qui profitent du chaos pour piller, mais différentes organisations de la société civile évoquent des attaques planifiées, ciblant les étrangers.
Alexandra est un quartier où vivent près de 200 000 personnes sur 7 km, dont de nombreux étrangers, car c’est un quartier central et pas cher.

Ce phénomène de violences xénophobes n’est pas nouveau dans le pays. Il y a une tension permanente entre Sud-Africains pauvres et étrangers. Le pays accueille des milliers personnes de tout le continent : Zimbabwe, Nigeria, République démocratique du Congo, Somalie... Et tous les 3 ou 4 ans, il y a un pic de violence. Les locaux accusent les étrangers de prendre leur travail et d’être responsables de tous les trafics.



Articles Similaires

Chronique

Alain Capo Chichi, le modèle de réussite béninois

Dans ce Bénin avarié, ce qu’on essaie de vendre à la jeunesse, est beaucoup plus ces jeunes sans CV, qui se sont égarés en politique et qui, ne peuvent pas justifier, regardant d’où ils viennent, ce qu’ils sont devenus. Dans ce Bénin-là, disais-je, Alain Capo-Chichi fait figure d’exception. Je ne vois pas encore deux modèles... Lire la Chronique

  Alain Capo Chichi, le modèle de réussite béninois , 1er septembre 2019

  Examens de fin d’année : la vérité , 4 mai 2017

  Electorat flexible , 17 mars 2016 par Man Soph !

  Sélection naturelle de candidatures , 8 décembre 2015 par Man Soph !

  Gestion difficile d’un choix , 27 novembre 2015 par Man Soph !

Voir aussi : 0 | 5 | 10 | 15 | 20
Flyer Wasexo.com

Conseil des Ministres

Suivez-nous

           

Ont fait la Une