[]
Quotidien béninois d'informations, d'analyses, d'investigations et de publicités paraissant à Cotonou - ISSN : 1840-782X - Tel: +229 97 60 17 90
Accueil > Politique > Le parti Fcdb se démarque des autres partis de l’opposition

Décryptage du message à la nation du chef de l’Etat

Le parti Fcdb se démarque des autres partis de l’opposition

(Le Professeur Soumanou Toleba et les siens font des propositions judicieuses et appellent le pouvoir Talon à rechercher l’adhésion du peuple autour des réformes)

Par Emmanuel Amour T., 24 mai 2019 à 04:20 
Partager cet article :

Le parti Force cauri pour le développement du Bénin (FCDB), en tenant mercredi 22 mai 2019, une conférence de presse à son siège, deux semaines après une conférence de presse, fait du chemin. Cette fois-ci, les leaders du parti ont procédé au décryptage du message du chef de l’État à la nation. Le parti Fcdb, à travers cette sortie et son contenu, se démarque des autres partis de l’opposition en faisant des propositions judicieuses et appellent le pouvoir Talon à rechercher l’adhésion du peuple autour des réformes.

La déclaration lue par l’ancien ministre Alain Adihou, est le décryptage du message à la nation du chef de l’Etat, Patrice Talon, déclaration faite lundi 20 mai 2019. Un point sur lequel il faudra mettre l’accent, selon Soumanou Toléba et les leaders du parti, la Fcdb en tant que parti de “l’opposition constructive”, ne s’oppose pas au message du Chef de l’État. Elle s’oppose plutôt aux faits. Allusion faite à certains partis de l’opposition qui, loin de faire des propositions ont opposé un refus catégorique à la main tendue du chef de l’Etat.

Ce n’est pas le cas du parti FCDB. Après avoir écouté et analysé le message du Président de la république, le Bureau politique du parti, réuni en session extraordinaire, accueille le message et fait quelques commentaires sous formes de déclaration. Voilà qui est clair et met au-dessus de la mêlée le parti Fcdb. Le Professeur Toleba et les siens se démarquent des jusqu’auboutistes. Selon eux, la fin du processus électoral étant sifflée, ceux qui réclament la reprise des élections législatives sont définitivement fixés. Explication : « conformément à la constitution et aux lois de la république, c’est le Chef de l’État qui convoque le corps électoral et fait constater la fin des compétitions ».

La Fcdb a également fait remarquer que le processus électoral est achevé, mais il a laissé des traces douloureuses. Le Chef de l’État l’a aussi reconnu dans son message. Toutefois, le Président Talon justifie ces douleurs par la réforme du système partisan. Sur cette question, le parti Fcdb pense que la réforme du système partisan n’explique pas à elle seule les douleurs engendrées par les élections. « Il (Président Talon, ndlr) sait que, bien plus que la réforme du système partisan, c’est le nouveau code électoral qui est à la base de la crise que notre pays a connu », a déclaré Alain Adihou relayant la déclaration de la Fcdb. A suivre ce parti, la relecture du nouveau code électoral annoncé par le Chef de l’État, doit aussi se faire de façon à retirer tous les articles incriminés.

Se prononçant sur l’ambition du Chef de l’État à poursuivre les réformes, le parti Force cauri pour le développement du Bénin, fait remarquer que, c’est la manière et les conditions de réalisation des reformes qui ont posé problème. C’est pourquoi le parti Fcdb propose l’adhésion de la population. Elle est incontournable pour une réforme efficace et durable, souligne la Fcdb. Alain Adihou dans sa lecture de la déclaration est direct. « Dans la suite de son message, le président Talon a réaffirmé sa volonté et sa détermination à réaliser les réformes majeures et structurantes qui vont permettre de libérer la nation et le peuple béninois de ce qui freine son développement. Il sait néanmoins que lui seul ne peut pas reformer la société béninoise. Il le pourra d’autant moins que la population n’adhérera pas à ces réformes. Une fois encore, le parti Fcdb précise que, plus que les réformes elles-mêmes, ce sont la manière et les conditions de leur réalisation qui ont fait problème. Plus que des réformes seulement politiques, certaines sont des réformes sociétales. Pour leur mise en oeuvre efficace et durable , l’adhésion de la population est incontournable “, déclare Alain Adihou. Il n’a pas manqué de souligner que « le parti se fera un point d’honneur à participer à la réalisation de ces actions chaque fois qu’il sera invité, mais aussi à les analyser et à les critiquer sans oublier de faire ses propositions alternatives ».
Au total, sept points clés font le menu de ce decryptage du message du chef de l’Etat à la nation.

Pour une décrispation effective de la crise sociopolitique actuelle, le parti Fcdb propose que le président Patrice Talon et son gouvernement prenne la mesure de la situation à laquelle le pays fait face en cherchant les véritables causes, puis engager un dialogue sincère avec la classe politique et surtout, faire adhérer le peuple aux réformes engagées. Certainement que ses paroles ne sont pas tombées dans des oreilles de sourds.

Intégralité de la déclaration du parti FCDB

D’entrée, les responsables, les militants et les sympathisants du parti Force Cauri pour le Développement du Bénin (FCDB) se réjouissent de l’élan national de prière qui a contribué entre autres à l’atmosphère de paix qui a régné depuis les fâcheux et douloureux événements post électoraux dont le point d’orgue a été le théâtre insoutenable de Cotonou Cadjèhoun des 1er et 2 mai dernier.
Ils se réjouissent également que le Président de la République ait pu s’adresser au peuple qui attendait ce message depuis un certain temps.
En tant que Parti d’opposition, mais une opposition constructive, FCDB ne s’oppose pas à des messages, fussent-ils ceux du Chef de l’Etat. Elle s’oppose plutôt aux faits. C’est pour cela que, après avoir écouté et analysé le message du Président de la République, le bureau politique du parti FCDB, réuni en session extraordinaire le mardi 21 mai 2019 accueille le message et fait quelques commentaires sous forme de déclaration.

1. En disant dès le début de son message que « le processus électoral relatif à la 8ème législature de notre pays vient de s’achever », le Président de la République a déclaré on ne plus clairement que les compétitions électorales sont terminées. Donc, ceux qui réclament la reprise des élections législatives sont définitivement fixés.
Tout en regrettant ce qui s’est passé à l’occasion de ces élections, le Parti FCDB prend acte de ce coup de sifflet final de l’arbitre central du match électoral.
En effet, conformément à la constitution et aux lois de notre pays en matière électorale, c’est le Chef de l’Etat en sa qualité de Chef du Gouvernement qui convoque le corps électoral et fait constater la fin des compétitions après que les institutions constitutionnellement en charge des élections aient fini de jouer leur rôle.
2. Le processus électoral est achevé, mais il a laissé des traces douloureuses. Le Chef de l’Etat l’a reconnu. Il justifie ces douleurs par la difficile réforme du système partisan, une réforme selon lui à la fois souhaité et redouté. Souhaitée par tous dans le pays. Redoutée par les défenseurs du statut quo. Une réforme risquée, malgré les controverses que sa mise en œuvre a engendrées.
Ici, le Président de la République n’a pas indiqué ce qui a vraiment fait problème. Il sait bien que la réforme, certes difficile, du système partisan n’explique pas elle seules les douleurs vécues lors des dernières élections législatives. Il sait que, bien plus que la réforme du système partisan, c’est le nouveau code électoral qui est à la base de la grave crise électorale que notre pays a connue. En évitant ainsi de mettre clairement et directement le doigt sur ce qui a fait mal, le Président de la république ne tombe-t-il pas dans le piège de ceux qui accusent sa manière élégante d’éviter les sujets qui fâchent et de toujours chercher à avoir raison ? C’est seulement au cours de la dernière minute de son message que Chef de l’Etat a fait mention du code électoral, invitant les députés à le relire et à l’actualiser, avec la charte des partis politiques, en tenant compte, dit-il, « des réalités de l’évolution de notre pays ». Pour nous FCDB, cette relecture fortement attendue du code électoral doit se faire de façon sinon à retirer tous les articles incriminés du moins à les améliorer en indiquant les modes opératoires qui ne permettront plus à quiconque de l’administration, fut-il Ministre ou Directeur, d’empêcher certains partis et/ou acteurs politiques de compétir avec d’autres.
3. Dans la suite de son message, le Président Talon a réaffirmé sa volonté et sa détermination à réaliser les réformes majeures et structurantes qui vont permettre de libérer la nation et le peuple béninois de ce qui freine son plein développement. Il sait néanmoins que lui seul ne peut pas réformer la société béninoise. Il le pourra d’autant moins que la population n’adhèrera pas à ces réformes.
Une fois encore, le Parti FCDB précise que, plus que les réformes elles-mêmes, ce sont la manière et les conditions de leur réalisation qui ont fait problème. Plus que des réformes seulement politiques, certains sont des réformes sociétales. Pour leur mise en œuvre efficace et durable, l’adhésion de la population est incontournable. Cette adhésion appelle la juste information des citoyens. C’est juste information conditionne le soutien et la participation de la population. C’est ce problème de gouvernance que dénoncent bien des concitoyens du Chef de l’Etat. Et il est nécessaire que le Président de la République en tienne compte pour renouer durablement la confiance entre lui et ses administrés.
4. En dénonçant les manifestations de violences récemment connues, le Président Talon a « déploré que ce soit une controverse parmi tant d’autres » et « quelques frustrations inhérentes à la vie en communauté et aux mutations profondes » qui y ont conduit. Le Parti FCDB rappelle que dans les pays qui ont connu des violences post électorales, ce sont toujours les frustrations entraînées par la mise en application forcée de mauvaises lois qui y ont conduit. Aucune controverse encore moins aucune frustration n’est donc à sous-estimer.
5. Si comme l’a reconnu le Président de la République dans son message, « tout ce qui nous est arrivé doit être utilement mis au crédit d’une crise de croissance de notre processus démocratique », il faut souhaiter que ce que le Chef de l’Etat appelle lui-même « des échanges directs, francs et constructifs au profit du bien commun, le Bénin », soit effectivement une rencontre nationale au cours de laquelle acteurs politiques, organisations de la société civile et forces religieuses se retrouvent dans un dialogue responsable pour apprécier les mutations profondes que traduit l’essoufflement de notre modèle politico-sociétal et définir les nouvelles bases nécessaire à son nouvel équilibre durable. Les acquis de cette rencontre seront pris en compte par les organes et institutions compétents de la République en vue d’un nouveau contrat de gestion de la chose publique basée sur la participation réelle des citoyens. C’est ce qui rendra crédibles les efforts entrepris aujourd’hui pour réaliser des réformes utiles et consensuelles.
6. Le parti FCDB prendra acte de la volonté du Chef de l’Etat à assurer une meilleure sécurité des installations touristiques du parc de la Pendjari. Il l’encourage à en faire autant pour tous les sites touristiques de notre pays, afin que les efforts entrepris à juste titre pour conforter la part de l’industrie touristique à la valeur ajoutée nationale portent leurs fruits.
.7 Au total, FCDB appréciera la mise en œuvre diligente des actions qui découlent du message du Président de la République, aussi bien celles qui incombent aux députés que celles qu’initiera le Chef de l’Etat lui-même. Le Parti se fera un point d’honneur à participer à la réalisation de ces actions chaque fois qu’il y sera invité, mais aussi à les analyser et à les critiquer sans oublier de faire des propositions alternatives, le cas échéant. Pour terminer, le Parti FCDB voudrait rassurer ses militants, ses sympathisants et le peuple béninois de sa disponibilité à veiller au grain et à tout mettre en œuvre pour que la Démocratie Béninoise chèrement acquise continue d’être un modèle en Afrique.

Fait à Abomey-Calavi au siège du Parti, le mardi 21 mai 2019, rendue publique le mercredi 22 mai 2019
Le Bureau politique.



Articles Similaires

Chronique

Alain Capo Chichi, le modèle de réussite béninois

Dans ce Bénin avarié, ce qu’on essaie de vendre à la jeunesse, est beaucoup plus ces jeunes sans CV, qui se sont égarés en politique et qui, ne peuvent pas justifier, regardant d’où ils viennent, ce qu’ils sont devenus. Dans ce Bénin-là, disais-je, Alain Capo-Chichi fait figure d’exception. Je ne vois pas encore deux modèles... Lire la Chronique

  Alain Capo Chichi, le modèle de réussite béninois , 1er septembre 2019

  Examens de fin d’année : la vérité , 4 mai 2017

  Electorat flexible , 17 mars 2016 par Man Soph !

  Sélection naturelle de candidatures , 8 décembre 2015 par Man Soph !

  Gestion difficile d’un choix , 27 novembre 2015 par Man Soph !

Voir aussi : 0 | 5 | 10 | 15 | 20
Flyer Wasexo.com

Conseil des Ministres

Suivez-nous

           

Ont fait la Une