[]
Quotidien béninois d'informations, d'analyses, d'investigations et de publicités paraissant à Cotonou - ISSN : 1840-782X - Tel: +229 97 60 17 90
Accueil > Actualités > Issiakou Saïzonou et deux autres coaccusés condamnés à 20 ans de réclusion (...)

1ière session du TPI Cotonou, statuant en matière criminelle de l’année 2019

Issiakou Saïzonou et deux autres coaccusés condamnés à 20 ans de réclusion criminelle

Par ABP, 10 mai 2019 à 03:28 
Partager cet article :

Le tribunal de première instance de première classe de Cotonou, a condamné dans sa salle G des audiences ce mercredi les sieurs Issiakou Saïzonou, Antoine Doudou et Sunday alias Sèvovo Hounvio, tous majeurs, de nationalité béninoise, respectivement électricien bâtiment, chauffeur et carreleur, à 20 ans de réclusion criminelle pour vol à mains armées et association de malfaiteurs, 9ème dossier inscrit au rôle provisoire de la première session du tribunal de Cotonou, statuant en matière criminelle de l’année 2019.

Selon les faits, dans la nuit du mardi 03 février 2015, aux environs de 23 heures, Carmel Bento allait déposer son ami Marius Awala chez lui à Agblangandan lorsqu’en cours de chemin ils ont été braqués par trois individus, détenant des armes de fabrication artisanale, qui ont réussi à emporter la moto de marque Honda Wave 110 de Carmel Bento, leurs portables et des numéraires. Ils ont aussitôt saisi le commissariat central de Cotonou. Pour les mêmes faits, d’autres victimes ont porté plaintes devant la même unité de police. Il s’agit notamment de dame Elisabeth Olaogou dont l’époux Aristide Bankolé a été mortellement atteint par les balles tirées par la bande qui a réussi à arracher leur moto et leurs portables. Une descente de la police dans le lieu de retranchement des braqueurs à Sèmè Kpodji dans le quartier Agongo a permis de mettre la main Issiakou Saïzonou, Antoine Doudou et Sunday alias Sèvovo Hounvio, tous membres de la bande.

D’autres victimes se sont manifestées suite à l’interpellation des mis en cause. Il s’agit d’Elie Codéhou, Yasmine Osseni et Mamadou Bello, braquées respectivement le 18 décembre 2014 à Lom-Nava à Akpakpa, le 03 février 2015 à Akpakpa, zone des ambassades et le 15 janvier 2015 au quartier JAK, précisément dans la pharmacie JAK. Issiakou Saïzonou, Antoine Doudou et Sunday alias Sèvovo Hounvio ont reconnu les faits lors de leur arrestation, divers objets appartenant aux victimes ont été retrouvés à leur domicile.

A la barre, Antoine Doudou a reconnu avoir opéré avec ses pairs Issiakou Saïzonou et Sunday alias Sèvovo Hounvio et a donné des précisions sur les différents braquages opérés et les circonstances dans lesquelles ils ont été arrêtés sans oublier de souligner le rôle joué par chacun d’eux. Il a même cité un certain Traoré Aboubakar qui fait partie de la bande tout en précisant qu’ils ont l’habitude de boire ensemble. L’accusé Sunday alias Sèvovo Hounvio a, quant à lui, déclaré ce jour à la composition du tribunal de Cotonou qu’il n’a jamais vu, ni connu Antoine Doudou et Traoré Aboubakar. Issiakou Saïzonou a, pour sa part, déclaré qu’il n’a jamais braqué. Toutefois il a reconnu avoir acheté un ordinateur devant sa maison à 6heures du matin chez l’un de ses coaccusés. A cela s’ajoutent d’autres objets volés dont des portables, motos et voitures retrouvés chez lui.

Les accusés ont fourni ces réponses suite aux différentes questions posées par le président du TPI de Cotonou, Freddy Yèhouenou, le ministère public représenté par Antoine J. Abévi et les conseils des accusés à savoir maîtres Mouniratou Taïrou et Charlos Agossou, sur la base de leurs déclarations dans les procès-verbaux à l’enquête préliminaire et devant le juge d’instruction et sur la base des questions propres pour la manifestation de la vérité.

A l’étape des réquisitions du procès, le ministère public après avoir démontré que les éléments matériel et intentionnel des chefs d’accusations de vol avec violences et association de malfaiteurs retenus à son niveau sont réunis, a demandé au TPI de requalifier l’infraction de vol à mains armées et association de malfaiteurs, inscrits au rôle en vol avec violences et association de malfaiteurs. Une fois que le TPI aura accédé à cette demande de requalification, il retiendra les accusés dans ces liens d’accusation et les condamnera à la peine de réclusion criminelle à perpétuité, a-t-il conclu.

La défense des accusés assurés par Mouniratou Taïrou et Charlos Agossou, a plaidé leurs clients non coupables des infractions mises à leur charge car, ils ont démontré l’absence de preuves réelles de leur culpabilité. Ils ont demandé l’acquittement pur et simple ou l’acquittement au bénéfice du doute des accusés.
Le ministère public a demandé au TPI de balayer du revers de la main tout ce que la défense a dit et de suivre sa voie afin que justice soit rendue.
Le TPI de Cotonou, statuant sur le sort de ces accusés, est allé dans le sens du ministère public en maintenant les infractions de vol avec violences et association de malfaiteurs, proposées par le ministère public et a déclaré les accusés coupables, et a condamné Issiakou Saïzonou, Antoine Doudou et Sunday alias Sèvovo Hounvio à la peine de 20 ans de réclusion criminelle. Il a aussi ordonné la destruction des objets ayant servi aux divers braquages.

Soulignons que ces malfrats sont tous en détention préventive depuis le 09 février 2015. Ils ont encore environs un peu plus de quinze (15) ans à passer en prison.
Le président, Freddy Yèhouénou, les assesseurs Clotaire Jules Zouho, Edibayo Dassoundo, Islamiath Moustapha, Ambroise Adjiboyè, le ministère public représenté par Antoine J. Abevi et le greffier qui a tenu la plume, forment la composition du Tribunal de Cotonou ayant statué sur le sort desdits accusés.



Articles Similaires

Chronique

Alain Capo Chichi, le modèle de réussite béninois

Dans ce Bénin avarié, ce qu’on essaie de vendre à la jeunesse, est beaucoup plus ces jeunes sans CV, qui se sont égarés en politique et qui, ne peuvent pas justifier, regardant d’où ils viennent, ce qu’ils sont devenus. Dans ce Bénin-là, disais-je, Alain Capo-Chichi fait figure d’exception. Je ne vois pas encore deux modèles... Lire la Chronique

  Alain Capo Chichi, le modèle de réussite béninois , 1er septembre 2019

  Examens de fin d’année : la vérité , 4 mai 2017

  Electorat flexible , 17 mars 2016 par Man Soph !

  Sélection naturelle de candidatures , 8 décembre 2015 par Man Soph !

  Gestion difficile d’un choix , 27 novembre 2015 par Man Soph !

Voir aussi : 0 | 5 | 10 | 15 | 20
Flyer Wasexo.com

Conseil des Ministres

Suivez-nous

           

Ont fait la Une