[]
Quotidien béninois d'informations, d'analyses, d'investigations et de publicités paraissant à Cotonou - ISSN : 1840-782X - Tel: +229 97 60 17 90
Accueil > Actualités > Afrique > Début du dialogue politique sans une partie de l’opposition

Sénégal

Début du dialogue politique sans une partie de l’opposition

Par RFI, 10 mai 2019 à 03:29 
Partager cet article :

Au Sénégal, les autorités ont lancé, ce jeudi 9 mai au matin, le dialogue politique. Après deux ans de tensions et trois mois après le rejet par l’opposition des résultats de l’élection présidentielle, la recherche du consensus va prendre du temps. Si la majorité se dit sereine, les grands partis d’opposition ont, pour le moment, rejeté la main tendue par Macky Sall.

Décrié par l’opposition au moment de l’élection présidentielle qu’il organisait, le ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye est également en charge du dialogue politique. Pour les autorités, ce dialogue politique doit « évaluer la présidentielle », « discuter du fichier électoral » et d’un possible report des élections locales prévues en décembre prochain.
Pour Aly Ngouille Ndiaye, la politique de la chaise vide n’a pas de sens : « Nous pensons qu’il faut bannir la politique de la chaise vide. Car l’absent n’expose pas. Et celui qui n’expose pas ne peut en aucune manière convaincre. »

Réunis au sein d’un front, les quatre candidats de l’opposition de la dernière présidentielle, notamment Idrissa Seck et Ousmane Sonko se sont fait représenter par Matar Sourang. S’ils sont prêts à dialoguer, ils refusent que les débats soient supervisés par le ministre de l’Intérieur : « Nous proposons la mise en place d’une commission paritaire indépendante des formations politiques, dirigée par des personnalités indépendantes choisies d’un commun accord. »

Le Parti démocratique sénégalais n’a pas jugé judicieux de faire le déplacement ce jeudi matin. L’ex-président Abdoulaye Wade a indiqué par communiqué qu’il rejetait le dialogue politique tant que le procès de son fils, Karim, ne serait pas révisé, tant que Khalifa Sall ne serait pas libre.



Articles Similaires

Chronique

Alain Capo Chichi, le modèle de réussite béninois

Dans ce Bénin avarié, ce qu’on essaie de vendre à la jeunesse, est beaucoup plus ces jeunes sans CV, qui se sont égarés en politique et qui, ne peuvent pas justifier, regardant d’où ils viennent, ce qu’ils sont devenus. Dans ce Bénin-là, disais-je, Alain Capo-Chichi fait figure d’exception. Je ne vois pas encore deux modèles... Lire la Chronique

  Alain Capo Chichi, le modèle de réussite béninois , 1er septembre 2019

  Examens de fin d’année : la vérité , 4 mai 2017

  Electorat flexible , 17 mars 2016 par Man Soph !

  Sélection naturelle de candidatures , 8 décembre 2015 par Man Soph !

  Gestion difficile d’un choix , 27 novembre 2015 par Man Soph !

Voir aussi : 0 | 5 | 10 | 15 | 20
Flyer Wasexo.com

Conseil des Ministres

Suivez-nous

           

Ont fait la Une